François Rollin, prix Raymond Devos pour emphase factice...

Clément Solym - 09.12.2009

Patrimoine et éducation - Scolarité France - francois - rollin - raymond


Raymond Devos ne doit incarner dans l'esprit des jeunes - si, vous savez, ces créatures qui n'ont pas de culture en dehors de Loft Story (et encore, c'est déjà bien vieux) - ce gros monsieur qui cause bizarre et dont on passe les sketches dans des émissions sur les comiques. Oui, mais, encore fallait-il comprendre ce que disait ce ventripotent bonhomme.

Hier, Raymond était pourtant mis à l'honneur, indirectement, puisque le prix qui porte son nom, auquel on a précautionneusement ajoute « de la langue française », a été décerné à François Rollin, lors d'une cérémonie avec Frédéric Mitterrand et Cavier North, délégué général à la langue française et aux langues de France.

Il ne manqua d'ailleurs pas d'humour, le ministre de la Culture, proposant tour à tour que l'humoriste lui enseigne la mémorisation des acronymes barbares qui composent les directions administratives de la rue de Valois. Un conseiller spécial en choses drôles, c'est même la vocation nouvelle que Frédéric aurait attribué à François Rollin. Et pourquoi pas chargé de mission ?

Si fait : « À défaut de vous attirer dans les Palaces de la République, si vous n'étiez pas monopolisé par vos savantes recherches, je crois que je souhaiterais vous confier un rapport sur Humour et technocratie (...) Je vous laisse une vingtaine d'années pour en rassembler toute la matière », rapporte l'AFP.

Vantant « la diction parfaite » autant que « cette emphase factice de conférencier improbable », le ministre n'aura pas tari d'éloges en rendant donc le prix Raymond Devos de la langue française. Et François, fort aise, a même suggéré que l'on pourrait le lui remettre jusqu'en 2050.

Une cérémonie manifestement agréable, agitée de fous rires, précisent nos confrères. Mince... mais que faisait-on hier ?