Géniale et inquiétante : Emily Brontë, atteinte du Syndrome d'Asperger ?

Clément Solym - 29.08.2016

Patrimoine et éducation - A l'international - Emily Brontë génie - syndrome Sperger Emily Brontë - maladie romancière Brontë


Si la romancière n’a pas encore dévoilé tous ses mystères, ses nombreux biographes cherchent à démasquer Emily Brontë. Et selon la dernière parution signée de Claire Harman, il serait possible que l’auteur des Hauts de Hurlevent ait souffert du syndrome d’Apserger. Ce handicap neurologique et cognitif se retrouverait en effet dans certains traits de caractères et attitudes, estime la biographe.

 

Emily Bronte

Emily Brontë - Tim Green, CC BY 2.0

 

 

Plusieurs marqueurs sont relevés : le Syndrome d’Asperger, ou SA, frappe directement la vie sociale des personnes atteintes, puisqu’il handicape tant la communication que la compréhension. On l’a ainsi classé dans la catégorie haute de l’autisme, avec pour immédiate conséquence une sérieuse difficulté à s’intégrer dans un environnement, quel qu’il soit. 

 

Or, selon la biographe qui signe Charlotte Brontë: A Life, le portrait brossé de la sœur, Emily, serait particulièrement raccord avec les symptômes connus. Pour exemple, Emily Brontë avait un génie fulgurant, de même qu’elle refusait de quitter sa maison. Elle était capable de colères folles et manifestait un véritable malaise lorsqu’elle se retrouvait en public. Autant de signes indicateurs qui relèveraient du SA.

 

Le site de l’APIPA décrit comme suit le SA :

 

Les atteintes peuvent être plus ou moins sévères selon les personnes. Les patients atteints du syndrome d’Asperger sont étonnants de par leur culture générale et leur intérêt dans un domaine spécifique dans lequel ils excellent.

Le vrai problème : [...] Leurs troubles du comportement par leurs rites, leur résistance au changement et leurs angoisses qui peuvent en découler, leur préoccupation circonscrite à un ou plusieurs centres d’intérêt, leur langage le plus souvent recherché et riche en vocabulaire, leur mémoire…

 

Une colère restée célèbre d’Emily Brontë était rapportée par sa première biographe, Elizabeth Gaskell, en 1857. Elle raconte qu’elle s’en était prise au chien de la famille, faisant preuve d’une rage peu commune. « C’est effectivement très inquiétant. Je pense que Charlotte et toute la famille avaient vraiment peur d’Emily », assure Claire Harman.

 

« Elle relevait du génie, et avait une liberté créatrice totale... Mais contenir Emily, protéger Emily, ne pas inquiéter Emily faisaient partie des occupations de l’ensemble du foyer. C’était une personne absolument fascinante, avec une présence toutefois très troublante. »

 

On célèbre actuellement le 200e anniversaire de Charlotte, ce qui explique les nombreuses parutions sur l'autre soeur...

 

via Guardian