Grand-mère sort son fusil, défonce le loup et sauve le Petit Chaperon rouge

Nicolas Gary - 26.03.2016

Patrimoine et éducation - A l'international - contes fées Amérique - armes violence - deuxième amendement USA


La National Rifle Association incarne le lobbying des armes à feu aux États-Unis. C’est contre elle que le président Barack Obama lutte, pour faire en sorte que ses concitoyens soient moins équipés en instrument de mort. Mais la parole d’un président, même celui des USA, se heurte assez régulièrement aux campagnes plus ou moins habiles de la NRA. La dernière s’appuie sur les contes de fées, joyeusement détournés. 

 

 

La réécriture de ces contes, nul besoin de le souligner, valorise au plus haut point l’usage d’armes, à travers des personnages bien connus. Ces histoires participent d’une communication où les enfants et les adultes se montrent responsables grâce à la violence des armes. Et comment Grand-mère aurait pu faire tourner l’histoire de son petit chaperon rouge tout autrement avec un fusil. De même, Hansel et Gretel n'auraient pas eu à redouter la sorcière, avec leur fusil de chasse. Eh oui...

 

Hansel et Gretel ou Le Petit chaperon rouge sont devenus les porte-parole de la NRA, dans son combat pour que chacun s’équipe d’une arme à feu. L’Association a publié deux contes de fées revisités, où l’issue plus ou moins dramatique est totalement bouleversée grâce à l’introduction d’une arme. 

 

 

 

« Je ne pense pas que je vais être mangée aujourd’hui », dit la grand-mère « et tu ne mangeras plus jamais personne. » Grand-mère avait gardé son arme pointée sur le loup, qui avait trop peur pour bouger. [...] Oh comme il a détesté que les familles apprennent à se protéger elles-mêmes. (voir ici)

 

 

 

 

Il était une fois, Hansel et Gretel, qui vivaient avec leurs parents dans une cabane près des bois. Les temps étaient durs, et, comme la plupart des gens dans leur village, leur famille avait du mal à joindre les deux bouts. [Les parents se demandent comment nourrir leurs enfants] Hansel et Gretel ont un plan pour aider leur famille.

Heureusement, ils avaient appris comment utiliser en toute sécurité un fusil de chasse, et ils avaient chassé avec leurs parents durant toute leur vie. (voir ici)

 

 

La NRA jure d’ailleurs que ces contes revisités sont moins violents que les contes originaux et moins inquiétants pour les enfants. Elle assure par ailleurs que 28 millions d’enfants américains ont appris à se protéger et rester en sécurité, s’ils disposent d’une arme à feu. 

 

De son côté, la Coalition to Stop Gun Violence déplore que les classiques soient ainsi utilisés « comme paraboles proarmes à feu. Cette culture dégénérée corrompt les enfants et les encourage à prendre des risques importants et inutiles ».