Hatier tente l'écriture inclusive dans un manuel scolaire : tollé général

Antoine Oury - 27.09.2017

Patrimoine et éducation - Ressources pédagogiques - Hatier manuel femme homme - Hatier écriture inclusive - manuel écriture inclusive


Les éditions Hatier sont visiblement allées trop loin : dans le manuel Questionner le monde, signé par Sophie Le Callennec et Émilie François, on découvre que les noms ont été rédigés selon les règles préconisées pour une écriture inclusive. Autrement dit, l'ajout des différents accords au bout d'un nom, par exemple auteur·e.
 

Depuis la publication d'un post Facebook sur le manuel, une partie du corps enseignant se déchaîne, rejoint par des éditorialistes et autres militants, pour critiquer cette orthographe.


Extrait du sommaire du manuel, avec les noms de métiers écrits de manière inclusive
 


Ce manuel de CE2 publié le 8 mars 2017 concerne le programme « Questionner le Monde », appliqué en lien avec l’Enseignement Moral et Civique : on y évoque le temps, l'espace et les êtres vivants, avec, notamment, un chapitre sur « La place des femmes au fil du temps ». Dans un souci d'égalité entre les femmes et les hommes, les éditions Hatier et les auteures ont décidé de suivre les recommandations du Haut Conseil à l'Égalité pour une communication publique sans stéréotype de sexe, d'après le guide publié en 2015.

 

À ce titre, le manuel fait donc apparaître les noms de métiers, de titres, de grades et de fonctions avec une orthographe dite inclusive, qui fait figurer le masculin et le féminin, en les distinguant par un point ou un point médian. Ainsi, artisan devient artisan.e.s ou artisan·e·s, dans un souci d'égalité. De la même manière, le manuel privilégie parfois certaines tournures de phrase, comme « les femmes et les hommes », pour suivre l'ordre alphabétique plutôt que l'ordre établi.




Depuis le mois de mars, le manuel n'avait pas pour autant fait grand bruit, mais un post sur Facebook a lancé une soudaine polémique, agitée par Le Figaro qui pointe « Un manuel scolaire écrit à la sauce féministe » (réservé aux abonnés). Sur Europe 1, l'animateur Raphaël Enthoven a emboîté le pas au quotidien en dénonçant un « lavage de cerveau », tandis que La Manif pour tous se lamentait à son tour du funeste destin des écoliers.

 

 

La polémique a poussé Hatier à réagir même si, contacté, l'éditeur ne souhaite pas ajouter plus de commentaires que ceux qu'il expose par un communiqué de presse : « Il ne s’agit donc ni d’un manuel de lecture, ni de français », rappelle l'éditeur après avoir évoqué le sujet du manuel. « L’auteur et l’éditeur ont donc fait le choix d’une utilisation raisonnée de l’écriture inclusive limitée aux noms de métiers, de titres, de grades et de fonctions. »

 

France, 2017 : le clitoris apparaît de manière complète dans un manuel de SVT


L'éditeur reproduit également les trois préconisations du Haut Conseil qu'il a suivies : 
 
  • veiller à équilibrer autant que possible le nombre de femmes et d’hommes présentés ;
  • accorder les noms de métiers, de titres, de grades et de fonctions, en utilisant l’orthographe préconisée : par exemple, artisan.e ;
  • utiliser l’ordre alphabétique lors d’une énumération de termes identiques au féminin et au masculin, afin de ne pas systématiquement mettre le masculin en premier ; par exemple, agriculteur et agricultrice, mais les femmes et les hommes.
 
 

Le débat autour de l'écriture inclusive fait écho à celui qui concerne spécifiquement les termes « autrice » ou « auteure », qui agitent toujours la sphère littéraire. « Les intellectuels ont été les premiers à combattre l’appellation d’“autrice”, et ce dès la deuxième moitié du XVIIe siècle. Jusqu’à ce que les autrices elles-mêmes abandonnent le combat, de guerre lasse. La plupart de ces hommes lettrés ne “voulaient pas des femmes dans ce domaine”, craignant sans doute la concurrence féminine. Et à juste titre, car ils ne pouvaient empêcher les femmes d’écrire ni de publier, voire même de triompher », nous expliquait l’historienne et militante féministe Éliane Viennot en juin 2016.