Herbie Hancock devient professeur de poésie à Harvard

Nicolas Gary - 12.01.2014

Patrimoine et éducation - A l'international - Herbie Hancock - université de harvard - professeur de poésie


Le musicien américain Herbie Hancock, né à Chicago, pianiste et jazzman incarnant un syncrétisme de soul, rock, funk et j'en passe, et j'en oublie, va débuter une nouvelle carrière. L'université de Harvard vient de le nommer comme professeur de poésie pour cette année 2014. À 74 ans, le compositeur prendra sa chaire le mois prochain, pour une série de six conférences.

 

 

Herbie Hancock at the Nice Jazz Festival 2010 5

Guillaume Laurent, CC BY-SA 2.0

 

 

Il est loin, maintenant, le temps du Miles Davis Quintet, qu'Herbie rejoignit dans les années 60. Le poste honorifique qu'il va occuper à Harvard, a été créé en 1925, et s'y sont succédé des auteurs comme TS Eliot, ou un autre compositeur de renom, Leonard Bernstein.

 

Ses cours, ce sera « principalement pour parler de ma propre expérience, et leur raconter des histoires », explique-t-il à la BBC. « La raison pour laquelle j'ai été choisi à ce poste n'est que partiellement due à la musique. Ils ont également réalisé que je suis un ambassadeur de bonne volonté pour l'UNESCO, ce qui est en rapport avec la diplomatie culturelle dont je parle dans l'une de mes conférences », souligne le musicien.

 

Bouddhiste depuis 40 ans, il envisage évidemment de parler de ce mouvement de pensée, et ses relations avec la créativité artistique. Surtout quand on l'entend revendiquer, en guise de muse, « la vie elle-même ». 

 

En décembre dernier, Herbie Hancock a été gratifié par le Kennedy Center pour sa contribution à la culture mondiale. Le professeur de Harvard, en sciences humaines, Homi Bhabha, explique que depuis un demi-siècle, le jazzman a défini l'innovation culturelle, au cours de chacune des décennies passées. 

 

« Sa contribution inégalée à l'histoire de la musique a révolutionné notre compréhension de l'influence des arts sur la transformation de la conscience civique et de nos aspirations spirituelles. » C'est Richard Gere qui doit être jaloux...