Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

medias

Hugo, Proust, Rimbaud et les autres récoltent 3 millions €

Victor De Sepausy - 29.04.2017

Patrimoine et éducation - Patrimoine - vente enchères manuscrit - Proust sexualité voisins - Rimbaud lettres soeur


Les amateurs, institutionnels, collectionneurs privés et marchands sont venus nombreux rendre hommage à cet éminent bibliophile, sans doute le plus grand collectionneur au monde de littérature française. Quelque 300 lots ont été disputés entre les enchérisseurs présents dans la salle, les 150 participants sur DrouotLive et les 10 lignes de téléphones.



L’importance des enchères et les prix remarquables obtenus au cours de cette vacation unique témoignent de la constance sur le marché des véritables connaisseurs et bibliophiles, capables de pousser loin les enchères pour les lots les plus désirables.
 

Au terme de la vente de la bibliothèque Jean A. Bonna, c’est un montant supérieur à 3 millions € qui a été récolté par la maison Sotheby’s. Les enchères se déroulaient à Drouot, organisées par Pierre Bergé & Associés.


Antoine Godeau, commissaire-priseur de la vente et vice-président de Pierre Bergé & Associés, déclare : « Nous sommes heureux des résultats  obtenus à la hauteur de cet amateur renommé et lecteur fervent. Nous le remercions de sa confiance, aujourd’hui récompensée par d’excellents résultats et de belles surprises. »
 

Galilée et la Terre tourne rond


L’enchère la plus haute de la vente est allée aux Discorsi e Dimostrazioni matematiche de Galilée (Leyde, 1638), le livre fondateur de la mécanique et la dynamique au sens moderne vendu 727 919 € (lot n° 21). Il faut dire que ce n’est rien moins que l’exemplaire de dédicace au comte François de Noailles, l’ambassadeur français qui avait transmis le manuscrit aux éditeurs de Leyde, recouvert d’une somptueuse reliure décorée de l’époque.

La première partie de la vente, dédiée aux livres anciens, a vu les plus belles batailles d’enchères pour les 14 lots de Restif de la Bretonne. Le plus convoité fut le chef-d’oeuvre de l’écrivain, Monsieur Nicolas ou Le Coeur-Humain dévoilé, 1794-1797, édition originale, qui a atteint 48 875 € (lot n° 62).

La première édition de la traduction française de La Louenge et vertu des nobles et cleres dames de Jean Boccace, richement illustrée, publiée par Vérard en 1493 et dédiée à Anne de Bretagne, fut disputée jusqu’à 50 128 € (lot n° 5).

La spectaculaire édition originale de la grande et magnifique encyclopédie hippiatrique de Georg Engelhard von Löhneysen, Della cavalleria, 1609, a été emportée à 42 609 € (lot n° 31).

La seconde partie de la vente consacrée aux livres et manuscrits des XIXe et XXe siècles a confirmé l’engouement sans faille pour Victor Hugo, Guy de Maupassant, Marcel Proust et Arthur Rimbaud.

Le “registre d’observations” que tint Victor Hugo à Guernesey en 1856, a largement dépassé à 59 248 € son estimation haute (lot n° 191). Ce carnet intime avait été soigneusement conservé par les exécuteurs testamentaires pour ne pas desservir la mémoire du poète.

L’ensemble de 24 lettres adressées par Guy de Maupassant à la comtesse Potocka (1883-1891) fut acquis 45 080 € (lot n° 223).

Marcel Proust fut également à l’honneur avec l’exemplaire de l’édition de luxe d’À l’ombre des jeunes filles en fleurs, 1920, tirée à 50 exemplaires sur papier Bible, dont l’un des deux placards était presque entièrement autographe. Cette édition a largement dépassé son estimation haute à 108 878 € (lot n° 247).


Parmi les huit lettres de Marcel Proust proposées, celle qu’il adressa au fils de l’actrice Réjane, Jacques Porel, le 15 juillet 1919, dans laquelle il se plaint des ébats amoureux bruyants de ses voisins, fut acquise 28 336 € par un collectionneur européen (lot n° 245). Son contenu, plein d’humour, a fait l’objet de nombreux articles de presse.
 

Quand Marcel Proust, jaloux, se plaignait de voisins sexuellement trop bruyants


La lettre d’Isabelle à son frère Arthur Rimbaud, écrite pendant l’hospitalisation du poète à Marseille a triplé son estimation haute 46 368 € (lot n° 255). A travers ces lignes, elle tente de le rassurer tant sur les poursuites dont il fait l’objet que sur les suites de son amputation.

Les reliures occupaient une place de choix au sein de cette bibliothèque. Les amateurs poussèrent les enchères jusqu’à 93 067 € pour les Libri de re rustica, 1533, issus de la « bibliothèque italienne » du roi François Ier, reliés par Etienne Roffet (lot n° 65). L’exemplaire de la traduction du Corbeau par Stéphane Mallarmé, 1875, illustré par Edouard Manet, superbement relié par Jean de Gonet, fut emporté à 53 261 € (lot n° 216). Œillades ciselées en branche de Georges Hugnet, illustré de 25 dessins héliogravés de Hans Bellmer, dans une précieuse reliure de Jean de Gonet a dépassé à 23 811 € son estimation haute (lot n° 183).

Enfin, le beau livre-objet de La Mariée mise à nu par ses célibataires, 1934, fut vendu 37 596 € (lot n° 145).