IABD : "Détruire le Patrimoine culturel, c'est annihiler la Mémoire et l'Histoire"

Cécile Mazin - 28.04.2015

Patrimoine et éducation - A l'international - Syrie Irak - pillage antiquités - trafic vente


Depuis plusieurs mois, on sait qu'en Syrie, comme en Irak, le commerce d'antiquités sert à alimenter les caisses de Daesh. Revendre des manuscrits anciens ou des statuettes pillées dans les musées et bibliothèques fournit des mannes financières. Au mépris, évidemment, du patrimoine culturel de l'humanité. 

 

Musée d'Hama

Jean-François Gornet, CC BY SA 2.0

 

 

Le trafic d'œuvres d'art aurait, pour la seule région d'Al-Nabuk (Syrie), aurait rapporté plus de 28 millions €, estimait le Guardian en juin 2014. Un montant sur lequel les organisations djihadistes prélèvent leur écot, immanquablement. 

 

Le président François Hollande avait déjà demandé qu'un travail inventaire soit mis en place, pour tenter de sauvegarder ce patrimoine mis en danger par Daesh. Le 6 mars dernier, Fleur Pellerin abondait : « Après le saccage du musée de Mossoul la semaine dernière, qui en suivait tant d'autres, tout aussi insupportables, les assassins de Daesh poursuivent leur œuvre de destruction aveugle en s'en prenant aujourd'hui à la cité historique assyrienne de Nimroud, site archéologique d'une valeur inestimable. Encore une fois, c'est le patrimoine universel qui est frappé en son cœur. Ces vestiges sont le legs de l'humanité, et ces actes constituent un crime contre l'Histoire et la connaissance. »

 

L'IABD a tenu à apporter sa voix pour dénoncer « la destruction et la dispersion du patrimoine culturel ». Professionnels du patrimoine, des archives, des bibliothèques et de la documentation, l'Interassociations s'indigne de ces pillages. « Parce que, détruire le Patrimoine culturel, c'est annihiler la Mémoire et l'Histoire, c'est déraciner l'Humanité », affirme un communiqué

 

 

Nous, professionnels du patrimoine, membres des associations de professionnels en charge, en France, du développement de la connaissance, de la conservation, de la transmission et de la mise en valeur du patrimoine culturel :

    • Dénonçons les atteintes irrémédiables faites au patrimoine culturel de l'Humanité en Afrique et au Moyen-Orient ;
    • Assurons de tout notre soutien et de toute notre solidarité les populations et nos collègues professionnels du patrimoine dans les pays atteints par la folie destructrice ;
    • Demandons que tous les moyens y compris judiciaires, financiers, fiscaux, mais aussi intellectuels… soient pris pour arrêter les destructions et préserver pour tous les trésors culturels qui appartiennent au monde ;
    • Souhaitons voir développer, en France et dans le monde entier, les échanges de formation entre professionnels, en particulier au profit des régions du monde soumises aux destructions ;
    • Souhaitons contribuer à la lutte contre le trafic illicite des biens culturels en rappelant la diligence impérative des acteurs du marché de l'art à l'égard des œuvres susceptibles de provenir des lieux de guerre par la diffusion des listes rouges publiées par l'ICOM mises à jour en permanence.

Liste Rouge d'urgence des biens culturels syriens en péril

Liste Rouge d'urgence des antiquités irakiennes en péril

 

Nous souhaitons contribuer en France au développement de la sensibilisation des publics à la connaissance et à la préservation du patrimoine culturel, premier moyen, pour tout citoyen, d'appréciation tangible de la culture.