medias

Iliad, Meetic et Vente-privée inventent l'École d'internet

- 06.06.2011

Patrimoine et éducation - Programmes officiels - ecole - internet - formation


Pour comprendre internet et accéder à l'ensemble de ses subtilités, trois grandes entreprises françaises de l'internet viennent de décider de l'ouverture d'un école, spécialisée dans les métiers de l'internet. Jacques-Antoine Granjon (Vente-privée.com), Xavier Niel (Iliad-Free) et Marc Simoncini (Meetic), pour ne pas les nommer, en sont donc les fondateurs.

À l'occasion d'une conférence de presse qui se tenait au Palais Brongniart, les trois hommes ont dévoilé un grand projet, celui de l'Ecole euro­péenne des métiers de l'internet (EEMI).

Xavier Niel, grand patron d'Iliad, explique le fond de cette aventure : « En France, on a des ingé­nieurs, ce qui nous manque c'est le niveau inter­mé­diaire, les bac +3. Le meilleur exemple c'est qu'on a du mal à recruter », cite l'AFP.


À partir de la rentrée 2011, ils seront entre 100 et 200 bacheliers à pouvoir tenter le cursus de l'EEMI, qui leur donneront accès à des formations de développeur, community manager ou web designer... Bref, tout ce qui a trait à la toile aujourd'hui. Et qui converge étonnamment de plus en plus avec de nouveaux postes recherchés dans l'édition.

Une formation sur trois ans, avec une spécialisation en 2e année, avant des séries de stages durant la 3e année. Stéphanie de Kerdel, la directrice, précise que la formation n'a pas pour finalité d'assurer une embauche. Simplement, l'EEMI part d'un constat simple : « Les métiers existent mais il n'y a pas de for­ma­tion. »

Chaque année sera tout de même facturée 6500 €, mais cinq bourses d'études seront offertes par les fondateurs chaque année - soit, effectivement, 15 en tout. D'ailleurs, le fonctionnement de l'établissement sera à 100 % assuré par des fonds en provenance des trois sociétés.

Et M. Granjon de préciser : « Nous sommes par­tis du prin­cipe qu'avec 500.000 euros cha­cun on pou­vait enclen­cher quelque chose de posi­tif »