“Ils se sont battus avec la route” : le Tour de France 1924, par Albert Londres

Antoine Oury - 26.07.2019

Patrimoine et éducation - Patrimoine - Tour de France - albert londres - tour france recit 1924


Connu pour ses reportages au sein des bagnes de la Guyane ou dans les asiles psychiatriques, le journaliste Albert Londres rend compte, en 1924, d'un autre milieu où se croisent les fous et les forçats : le Tour de France. Entre le 22 juin et le 20 juillet 1924, il couvre différentes étapes, laissant voir, presque un siècle plus tard, que certaines choses ont changé... Et d'autres non.

Coureurs_1948
(photo d'illustration, Luc Barré, domaine public)


Le 18e Tour de France, en 1924, se déroule justement du 22 juin au 20 juillet, sur 15 étapes, pour 5425 kilomètres au total : le tour de France est au sens littéral du terme, avec un passage, depuis Paris, par Brest, Bayonne, Perpignan, Nice, Gex, Strasbourg ou encore Dunkerque. À titre de comparaison, le Tour 2019 couvre une distance de 3480 kilomètres et fait un crochet par la Belgique.
 

Au coeur de la Grande Boucle


À l'époque, le nombre de nationalités participantes est bien plus réduit qu'aujourd'hui : on compte des Français, des Italiens, des Belges et des Luxembourgeois. 

Albert Londres, reporter pour le journal Le Petit Parisien, couvre l'événement dès la première étape. Et la foule est au rendez-vous : « Bientôt, la banlieue s’anima : les fenêtres étaient agrémentées de spectateurs en toilette de nuit, les carrefours grouillaient d’impatients, de vieilles dames, qui d’ordinaire doivent se coucher avec le soleil, attendaient devant leur porte, assises sur des chaises, et si je ne vis pas d’enfants à la mamelle, c’est certainement que la nuit me les cachait », décrit Londres.

157 coureurs sont au départ de la course, ce qui n'est pas si éloigné des 176 de 2019. Albert Londres les suit à bord de sa Renault et remarque rapidement que le Tour de France déchaine véritablement les passions, aux risques et périls de ceux qui s'y opposent : traité de « Triple bande d’andouilles ! » après avoir arrêté sa voiture pour interroger un coureur, il se rend compte qu'il a « interrompu la marche de tout un peuple passionné qui suivait les coureurs d’un pas olympique ».
 

Vous n’avez pas idée [...], c’est un calvaire”


Le 27 juin, à Coutances, c'est la stupeur : les frères Henri et Francis Pélissier abandonnent pour protester contre le règlement. Vainqueur du Tour de France 1923, Henri Pélissier explique à Londres : « Ce matin, à Cherbourg, un commissaire s’approche de moi et, sans rien me dire, relève mon maillot. Il s’assurait que je n’avais pas deux maillots. Que diriez-vous, si je soulevais votre veste pour voir si vous avez bien une chemise blanche ? Je n’aime pas ces manières, voilà tout », explique le sportif...

Et les drogues et autres techniques de dopage sont déjà présentes, au même titre que les adeptes sur les bords des routes : « Ça, c’est de la cocaïne pour les yeux, ça c’est du chloroforme pour les gencives », révèle sans gêne Henri Pélissier avant que lui et ses collègues ne sortent chacun leur boite de pilules : « [N]ous marchons à la “dynamite” », résume l'un d'eux.

Les conditions sont rudes, cela va sans dire : les blessures sont fréquentes et l'un des coureurs roule même avec du coton dans l'orbite vide de son œil de verre, qu'il a remisé dans sa poche : il se l'est crevé en tombant de son vélo « sur un silex ».
 
Les forces de la nature sont nombreuses, sur ce Tour, comme le remarque Albert Londres dans sa conclusion, sans omettre certains détails surprenants, tel ce coureur « qui ne se nourrit pas à moins de trois poulets, douze œufs et deux gigots par jour ».

Les articles, particulièrement vifs, comme le veut le style de Londres peuvent être lus à cette adresse ou téléchargés sur cette page.


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.