Des cornes, bien réglementaires, une langue de serpent, un œil de reptile et une longue queue : voici Bennu. Cet ancien démon fut associé par les Assyriens à l’épilepsie. Et la découverte d’une représentation de cette créature sur une antique tablette agite la communauté scientifique. 


(photo d'illustration - pixabay licence)


Troels Pank Arboll, chercheur de l’Université de Copenhague (Danemark), met la main en novembre 2019 sur une tablette cunéiforme. Référencée dans la collection du musée de Pergame à Berlin, elle décrivait différents traitements médicaux. Mais jusqu’à présent, personne n’avait remarqué qu’une illustration accompagnait la pharmacopée.

Après quelques examens, le scientifique conclut qu’il s’agit d’une gravure représentant Bennu, démon que les Assyriens et Babyloniens tenaient pour responsable de l’épilepsie. « C’est la première fois que nous parvenons à trouver un lien entre l’un de ces très rares illustrations démoniaques, dans des textes médicaux liés à l’épilepsie. »

Les figures divines sont en effet très rarement représentées sur les tablettes cunéiformes — quand bien même ces dernières contiennent des rites magiques ou pratiques médicales. D’autant que la partie de la tablette où se trouve le dessin est endommagée — peut-être négligée donc par les précédents chercheurs, concentrés sur le texte. 
 
En outre, la figure mesure 6,4 cm de long sur 2,6 cm de hauteur, pas vraiment imposante. Clairement anthropomorphique, la créature semble également être couverte d’écailles, mais le torse est passablement estompé. En revanche, on voit que sa main gauche ressemble à une griffe ou une patte, avec un pouce pointu sur la main droite.
 



 
En guise de symptôme pour les crises d’épilepsie, la tablette évoque assez méthodiquement des convulsions, la perte de conscience ou même « des cris de chèvres ». La pierre remonte à 2700 ans : elle émane certainement d’un guérisseur, nommé Kisir-AShur, qui œuvrait dans une ville du nord de l’actuel Irak, vers 650 avant notre ère — et qui expulsait les mauvais esprits.
 
Des incantations qui étaient complétées par des amulettes, pour garantir l’efficacité du traitement, ainsi que des potions et onguents à base de plantes.

Pour soigner l’épilepsie, ou la présence de Bennu, il fallait mettre une amulette autour du cou du patient-possédé, en faisant à côté chauffer différents ingrédients sur des charbons ardents. La fumée était à envoyer vers la personne pour la débarrasser du démon. 
 

Quant à Bennu, il est dit qu’il agit au « nom du dieu lunaire Sîn », preuve que les anciens Assyriens prêtaient à la Lune une influence sur notre état psychique. Sîn est une divinité incarnant la Lune dans la mythologie mésopotamienne, parmi les plus importantes du panthéon. Ishtar et Shamash étaient présentés comme ses enfants… (voir Wikipedia)


Commentaires
Bonjour,



Je pense qu'il s'agit plutôt du musée Pergame (et non Bergame).



Bien cordialement
Ou alors "Pergame, auj.Bergama. Anc.ville d'Asie Mineure, cap.d'un royaume hellénistique (IIIe-IIe s.av.J.-C.)." (Robert Mini 1995) (quasi la haute antiquité)!



Ou alors, c'est simplement le nom du musée à Berlin (faut y aller voir).



Ou bien tout autre chose.



Mais Monsieur Gary, vous expliquera certainement.
Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.