Israël : des registres d'anciennes communautés juives d'Europe numérisés

Maxim Simonienko - 19.06.2019

Patrimoine et éducation - A l'international - communauté juive europe - bibliothèque nationale israël - héritage juif numérisation


Une rare collection de registres des communautés juives d'Europe, disparues depuis longtemps, a été numérisée par la Bibliothèque nationale d'Israël. La préservation de ces documents donne la possibilité  aux chercheurs et au grand public d'étudier une époque considérée comme un âge d'or pour l'autonomie gouvernementale juive.


Salle de lecture de la Bibliothèque nationale d'Israël (The National Library of Israel - CC BY 3.0)
 

Ces registres sont connus sous le nom de pinkasim (« pinkas » au singulier) et ont été utilisés par les communautés juives européennes il y a des centaines d'années. Ils permettaient notamment de retracer les transactions financières, définir les relations avec les organismes gouvernementaux non-juifs ou noter les événements politiques majeurs.

Les pinkasim sont aujourd’hui conservés dans diverses collections à travers le monde. La première phase de numérisation du projet, financée par la Rothschild Foundation Hanadiv Europe, a téléchargé environ 200 documents situés entre le XVIe et le XIXe siècles.

« Toute communauté juive ayant un organe directeur avait un pinkas », explique Yoel Finkelman, conservateur de la collection « Judaica » de la bibliothèque et gestionnaire du projet. « Certains des documents les plus importants [permettent de] comprendre l’histoire juive européenne moderne depuis ses origines. »
 

 

Une lecture réservée au talent des spécialistes

 


Toujours d'après Finkelman, la période traitée par les documents de la collection, entre les années 1500 et 1800, relate une augmentation des « bureaucraties formelles ». Au cours de cette même période, les populations juives commençaient à être autonomes. Les années 1800 représentent la phase d'intégration la plus remarquée des Juifs parmi les sociétés européennes.

« Les mettre en ligne est une étape nécessaire pour qu'ils obtiennent l'attention qu'ils méritent de la part des historiens et, par l'intermédiaire des historiens, dans le discours public », a déclaré Finkelman.

Il est cependant important de souligner que, même si l'accès aux pinkasim est possible au grand public, la lecture des documents parlera davantage aux spécialistes. En effet, les Juifs ayant vécu en Europe mélangeaient souvent plusieurs langues, dont l'hébreu, le yiddish, le polonais et d'autres langues européennes, parfois en une seule phrase. Aucune traduction n'a été annoncée pour le moment.
 

Le sentiment antisémite, qui s'est fortement développé en Europe – notamment à l'Est du continent – à la fin du XIXe siècle, a forcé les Juifs à fuir les premières persécutions à leur encontre. La tragédie de l'Holocauste a ôté la vie à 6 millions de Juifs, soit les deux tiers de la population juive européenne.

La collection est accessible à cette adresse.

via apnews



Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.