Israël s'apprête à récupérer 5000 documents ayant appartenu à Kafka

Maxim Simonienko - 28.05.2019

Patrimoine et éducation - A l'international - Frantz Kafka archives - bibliothèque nationale israël - max brod kafka


Le 22 mai 2019, les autorités allemandes ont remis à Israël pas moins de 5000 documents conservés par un confident de Franz Kafka, Max Brod. L'ensemble de ces archives aurait été volé dans l'appartement de la secrétaire de ce dernier et retrouvés dans un entrepôt habité par des faussaires.

Frantz Kafka (Christie's - Domaine public)
 


Une histoire d'archives plus que kafkaïenne


Les documents retrouvés récemment feraient partie des quelque 40.000 archives comprenant des manuscrits, des correspondances et des cahiers précieusement gardés par Max Brod et rassemblés aujourd'hui à la bibliothèque nationale israélienne.

Ils ont été retrouvés, au fil des années, dans des coffres bancaires en Suisse et à Tel Aviv, dans un appartement de la capitale de l'Israël et, plus récemment, dans un entrepôt à Wiesbaden, en Allemagne, où la police les avait trouvés cachés parmi des faux.

« Je pense que [Kafka] serait vraiment amusé. Il ne pourrait pas lui-même inventer un meilleur complot », a déclaré l'archiviste de la Bibliothèque nationale d'Israël, Stefan Litt, qui a contribué à l'identification des papiers retrouvés en Allemagne.

Après la remise officielle des documents à la résidence de l'ambassadeur israélien de Berlin, le président de la Bibliothèque nationale, David Blumberg, a promis une accessibilité de l'ensemble de la collection. « Tout sera publié et numérisé afin que nous puissions le partager avec tout le monde », a-t-il déclaré.
 

Max Brod et l'héritage de Kafka


Max Brod, lui-même écrivain accompli, était l'un des rares amis et confidents de Frantz Kafka. L'histoire est bien connue : peu de temps avant sa mort, juste avant que la tuberculose ne l'achève en 1924, Kafka légua ses écrits à Brod afin qu'il les brûle.

Par chance, le confident était assez lucide pour reconnaître le talent d'écrivain de Kafka. Il décida donc de publier une grande partie des manuscrits de son ami, dont les romans Le Procès et Le Château. Ces oeuvres ont contribué, à titre posthume, à révéler le talent de Kafka en Europe et, par extension, en faire un auteur majeur du XXe siècle.

On doit également à Max Brod le désormais célèbre adjectif « kafkaïen », utilisé pour décrire des situations bizarres, illogiques ou cauchemardesques, à l'image des scènes décrites par son ami dans ses romans.

Juste après l'invasion des Sudètes et de la Tchécoslovaquie par l'Allemagne nazie, en 1938, Brod décida de s'échapper avec les manuscrits de Kafka en Palestine, alors sous domination britannique, afin d'éviter les persécutions.

À sa mort, en 1968, c'est sa secrétaire personnelle, Esther Hoffe, qui a hérité du travail de Kafka. Elle avait pour ordre d'envoyer les différents travaux de l'écrivain dans un établissement universitaire. Une demande qui n'a jamais été réalisée, hélas...
 

Une chasse aux trésors de plusieurs décennies


La secrétaire a conservé les documents pendant quarante ans et en a vendu une grande partie, dont le manuscrit original du Procès, qui avait rapporté environ 1,8 million $ aux enchères de 1988. La jeune femme avait gardé le reste de la collection dans un coffre de banque à Tel-Aviv, certains en Suisse et d'autres dans son appartement à Tel-Aviv. Vous voyez le rapprochement ?

À sa mort en 2008, les documents auraient dû revenir à ses deux filles. Néanmoins, ces dernières ont perdu leur héritage devant la Cour suprême d’Israël, en 2016. Le tribunal s’est rangé du côté de la Bibliothèque nationale d'Israël, qualifiant les documents de « biens culturels » appartenant au peuple juif.

Les documents retrouvés récemment en Allemagne avaient été volés dans l'appartement de la secrétaire de Brod il y a environ dix ans. Ils se sont alors retrouvés aux côtés de deux revendeurs israéliens, qui ont tenté en 2013 de les vendre aux Deutsches Literaturarchiv de Marbach, la même institution qui avait acheté le manuscrit du Procès, en 1988.

Mais ils sont arrêtés par la police fédérale allemande (BKA), alertée en amont par les autorités israéliennes sur la vente de possibles fausses oeuvres dans une galerie de Berlin. C'est en fouillant leur entrepôt que les enquêteurs ont retrouvé les 5000 pages de documents de Kafka.

Dans le désordre des faussaires, des passages inédits du journal de Max Brod et une correspondance avec son épouse ont été retrouvés. Ces écrits seraient en mesure de fournir davantage d'informations sur la vie de Franz Kafka.
 

Pour cet été, testez les séances
de CrossFit de Kafka 


Dans une affaire parallèle, des manuscrits et des dessins de Kafka devraient être bientôt retirés des coffres-forts de la banque suisse UBS sur ordre de la justice de Zurich datant d'avril 2019 et envoyés vers Tel-Aviv.


via Jewish News.




Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.