Jack Lang distingue l'école vue par les socialistes et l'UMP

Clément Solym - 04.11.2011

Patrimoine et éducation - Scolarité France - Jacks Lang - scolarité - recrutement


Depuis que François Hollande a promis de réintégrer 60.000 postes dans l'Éducaton nationale, les tacles politiques fusent, avec un seul homme qui tente de réconcilier tout le monde : Jack Lang.


Selon l'ancien ministre de la Culture et de l'Éducation nationale, l'opposition entre le PS et l'UMP découle, d'un différend idéologique comme il l'explique au Monde.

 

En effet « au-delà des chiffres, ce sont deux visions de la société qui s'affrontent. Pour la droite, l'école est un far­deau et une charge. Pour la gauche, l'école est une chance ». 

 

De plus, Lang pointe un « saccage » tout à la fois quantitatif et qualitatif de la part de la droite, qui depuis dix ans a supprimé 150.000 postes, dont 77.000 depuis 2007.

 

 En termes d'investissements, les recrutements annoncés par Hollande représenteraient 2,5 milliards € et non 7,5 milliards € comme l'affirme Luc Chatel.

 

Et la TVA sur la restauration, autant que les 90 milliards € à récupérer sur les niches fiscales permettraient largement de réaliser cette promesse.