Ce 13 décembre, Arte diffusera le documentaire de Michel Viotte, Jack London, une aventure américaine. L’occasion de commémorer la mort de l’écrivain, ce 22 novembre. 

 

Jack London, auteur de L’Appel de la Forêt, de Croc Blanc et de Martin Eden, devint, au tournant du XIXe siècle, le symbole même de l’aventure. Vagabond, chercheur d’or, marin, mais aussi propriétaire de ranch, reporter de guerre et militant socialiste passionné, il fut à la fois témoin et acteur privilégié des profonds bouleversements de la société américaine, entre la fin de la conquête de l’Ouest et la Première Guerre mondiale. 

 

 

 

Voici une biographie proposée par la chaîne, pour resituer l’auteur dans cette croisée des siècles.

 

12 janvier 1876 Jack London nait à San Francisco. Sa mère Flora Wellman, abandonnée par son mari pendant sa grossesse, tente d’avorter plusieurs fois. Six mois après la naissance de Jack, elle épouse John London, qui reconnaît le jeune garçon comme son propre fils et lui donne son nom. La famille vit dans les quartiers pauvres de San Francisco.

 

1890 À seulement 14 ans, il abandonne l’école pour travailler dans une conserverie.

 

1893 Il s’engage comme marin pour une saison de chasse aux phoques. De retour à Oakland, il rédige une nouvelle racontant son voyage a n de participer à un concours dans un journal local, le San Francisco Call. Il remporte le premier prix. Mais pour aider sa famille, Jack doit reprendre le chemin de l’usine pour un travail épuisant et mal-payé.

 

L’automne 1894 Il reprend ses études au Lycée d’Oakland et travaille sans relâche pour devenir écrivain. Il se découvre socialiste.

 

1896 Il rentre à l’université de Berkeley, mais abandonne ses études au bout d’un semestre.

 

 

 

1897 La découverte d’un gisement d’or dans le Klondike dans l’ouest du Canada le pousse à partir pour tenter sa chance. Il y passe l’hiver, mais se rend compte que ce n’est pas l’Eldorado espéré. Malade, il doit rentrer en Californie, mais il apporte avec lui les innombrables récits des autres prospecteurs et des trappeurs, une formidable matière pour écrire.

 

1898 Après la mort de son père adoptif, Jack se lance sans relâche dans l’écriture.

 

1900 La publication d’Une odyssée au Klondike dans l’Atlantic Monthly l’a rendu immédiatement célèbre. La même année, il publie également son premier recueil de nouvelles, intitulé Le fils du loup, qui s’est très bien vendu. Il épouse Bessie Maddern, avec qui il a eu 2 lles.

 

1901 À 25 ans, Jack London appartient désormais à l’élite artistique de San Francisco et devient une figure médiatique.

 

1902 À Londres, il fait du journalisme en immersion avant l’heure et publie Le Peuple de l’abîme. Déguisé en marin à la dérive, il infiltre les taudis de l’East End pour témoigner des conditions de vie misérables.

 

1903 L’appel de la forêt est le « Best-seller » de l’année.

 

18 novembre 1905 un an après sa séparation avec Bessie Maddern, Jack London épouse Charmian Kittredge à Chicago, une femme de cinq ans son aînée, au tempérament libre et indépendant.

 

23 avril 1907 Jack London et Charmian quittent Oakland à bord de leur voilier le « Snark » pour un voyage dans le Pacifique. Pour financer le voyage, London a prévendu à des magazines une série d’articles, qui permettront au public américain de suivre leur aventure. Il réalise des centaines de photos des tribus rencontrées, qui constituent un formidable témoignage ethnographique du début du XXe siècle. Mais malade, Jack London doit interrompre son voyage.

 

Quiz : Jack London entre dans la Pléiade, mais le connaissez-vous ? 

 

1913-1914 Jack London se lance dans la production d’une série de films adaptés de ses romans.

 

22 novembre 1916 Mort de Jack London à Glen Ellen en Californie, à l’âge de 40 ans.