Cet automne sera célébré le 100e anniversaire de la naissance d’Alexandre Soljenitsyne. Les hommages ne manqueront pas de se multiplier, et d’ores et déjà, des textes et ouvrages inédits sont annoncés. L’INA  exhume pour l’occasion une rencontre étonnante : Jean d’Ormesson, face au prix Nobel de littérature. Nous sommes le 11 avril 1975.


Aleksandr Isayevich Solzhenitsyn, painted portrait DDC_7680.JPG
thierry ehrmann, CC BY 2.0
 

 

Alexandre Soljenitsyne nous quittait il y a dix ans. Génie littéraire à l’œuvre monumentale, décrivant avec précision les crimes staliniens et les malheurs frappant la Russie au cours du XXe siècle, il avait trouvé refuge en Occident au cours des années 1970. 

 

En 1975, soit cinq ans après que l’Académie Nobel lui a décerné le prix, le voici invité sur le plateau de Bernard Pivot pour débattre avec Jean d’Ormesson, Jean Daniel et Pierre Daix, la passion était au rendez-vous. À l’époque, Jean d’Ormesson est directeur du Figaro, et pas vraiment un défenseur de la doctrine communiste — Soljenitsyne en a lui-même été victime. 

 

Deux livres d’Alexandre Soljenitsyne
pour le centenaire de sa naissance

 

Ensemble, ils évoquent « les combats contre le capitalisme, le colonialisme et le communisme. » Et quand l’écrivain russe en exil évoque l’Occident, c’est alors un grand moment de télé qui se profile. L’émission était bien entendu Apostrophes, produite par Antenne 2.

 




Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.