John Steinbeck, excellent romancier, mais piètre orateur

Cécile Mazin - 09.12.2013

Patrimoine et éducation - Patrimoine - John Steinbeck - discours - Prix Nobel de littérature


Il n'est pas même utile de comprendre parfaitement l'anglais pour découvrir le discours dont John Steinbeck gratifia l'Académie Nobel, lors de la remise de son prix en 1962. Oh, ce n'est pas faute d'avoir dit de jolies choses dans cette déclaration, sur le livre, la littérature, le monde et le reste. Mais la voix manquait singulièrement de passion...

 

 

 

Open Culture n'hésite pas à parler d'un « sermon humaniste gravé dans la pierre », qui pour le coup a du mal à sortir. Si Steinbeck est, en 1962, un écrivain dont la plume est simplement splendide, ce discours ressemble à un Grand O de Normalien qui aurait veillé toute la nuit pour réviser les textes de Thucydide avant sa version...

 

Il est vrai que, dans les archives de l'Académie, on découvre malgré tout que l'auteur fut récompensé par défaut, en 62, attendu que les différents candidats ne faisaient pas vraiment l'unanimité. 

 

Lorsqu'en 2012, la Fondation Nobel rend publiques les archives des délibérations vieilles de cinquante ans comme le stipule le règlement, elle révèle que John Steinbeck fut récompensé par défaut. Les quatre autres auteurs retenus dans la sélection finale de 1962 étaient la Danoise Karen Blixen, le Français Jean Anouilh puis les Britanniques Lawrence Durrell et Robert Graves.

 

Il fut d'emblée décidé que Durell serait écarté. Son œuvre ne faisait pas l'unanimité au sein du jury qui avait déjà évincé sa candidature l'année précédente sur l'insistance d'un membre du comité trouvant que ses livres avaient un « arrière-goût douteux », en raison d'une « préoccupation monomaniaque pour les développements érotiques. ». Blixen mourut un mois avant l'élection du gagnant et Anouilh fut évincé car sa victoire aurait été trop proche de celle Saint-John Perse, le dernier lauréat français. Graves, quant à lui, était connu comme poète bien qu'il ait publié quelques romans.

 

Mais pour Anders Österling, secrétaire perpétuel d'alors, personne dans la poésie anglophone n'égalait le talent d'Ezra Pound dont il fut décidé qu'il serait privé de la récompense à cause de ses positions politiques. Steinbeck obtint finalement le prix. L'annonce de son couronnement fut mal reçue par la presse suédoise et américaine pour qui il était un auteur du passé. En effet, l'écrivain américain n'avait rien publié de marquant depuis longtemps et ses grands romans (Les Raisins de la colère, Des souris et des hommes et À l'est d'Eden) étaient derrière lui.

 

Quand il répondit à un journaliste lui demandant s'il méritait la distinction, Steinbeck, lui-même surpris par sa victoire, répondit : « Franchement, non. ». Jamais par la suite, Anouilh, Graves et Durrell ne furent primés.

 

(via Wikipedia)




Commentaires
Quelle misère ce court papier... "Attendu que", terme d'avocat qui n'a rien à faire dans un papier sur la littérature écrit par une journaliste littéraire sur un site littéraire. "Pietre orateur" en titre, pour ensuite glisser sur le contenu du speech juste pour préciser que Steinbeck n'était pas bon oralement en public, ce dont on se fiche vu qu'un écrivain n'a pas à être un bon orateur, pour ensuite finir par rappeler qu'il a eu le prix par défaut, ce dont on se fiche aussi, sauf si on s'intéresse assez à Steinbeck pour être ennuyé pour lui qu'il ait du continuer sa vie avec ce sentiment puisque bien entendu il l'a su de son vivant, bref écrire un papier sur Steinbeck en n'ayant rien à dire sur Steinbeck, et comble final, sans s'ennuyer à traduire le speech pour les lecteurs non anglophones. On peut comprendre qu'en 2020 il n'y a plus que les apparences qui comptent, vu que vous ne vous basez que sur l'apparent manque de passion dans la voix au lieu de tenir compte du fait que Steinbeck était horriblement timide en public, réfractaire aux choses de ce genre, et que ça prend deux secondes pour sentir à quel point il est mal à l'aise et non un piètre orateur. Bref... Faire du clic pour rien avec la littérature est vraiment triste de la part d'un site littéraire...
je rejoins l'avis de Franck que ce papier est du n'importe quo et est dévalorisant pour l'immense auteur et les admirateurs de son oeuvre. On se fiche royalement qu'un auteur soit mauvais orateur ou qu'un chanteur soit mauvais danseur. Tout c qui nous importe c'st c"est l'oeuvre écrite et Steinbeck ,de ce côté n'vat rien à prouver
Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.