L'Agence de remplacement n'ouvrira pas à la rentrée (Chatel)

Clément Solym - 13.08.2009

Patrimoine et éducation - Programmes officiels - agence - remplacement - ouvrir


Pour remplacer les professeurs absents et combattre également le fléau de l'absentéisme, Xavier Darcos avait mis au point une société secrète et mystérieuse, agissant dans l'ombre. Elle fournirait de quoi combler les vides des salles de classes. Ses employés seraient habillés en noir, avec des lunettes de soleil et une chemise blanche, et équipés d'un flashouilleur qui vous fait rentrer l'intégrale de Ronsard en quelques secondes... *

Rappelons qu'elle devrait avoir le pouvoir de fournir 50.000 postes de remplaçants, mobilisant alors 90 % des ressources enseignant, quand aujourd'hui seuls 82,2 % sont efficientes.

Cette organisation, inconnue de tous, excepté de certains recteurs d'académies mis dans la confidence, c'est Luc Chatel qui en a hérité. Il lui a donné un nom, Agence nationale de remplacement, parce que Manpower, Randstad, anciennement Verdiobis ou Mi6 c'était déjà pris. Ensuite, il a évoqué le sujet sur RTL pour officialiser la chose, et surtout précisé qu'il travaillait à « améliorer le service que nous apportons aux Français ».

Mais,  pour rassurer les syndicats et qu'ils ne montent pas à l'assaut de sa société secrète, Chatel s'est de nouveau exprimé sur son Agence. « Je veux avancer sur ce sujet. Il faut améliorer le système de remplacement des enseignants pour améliorer la continuité pédagogique, c'est ma position. Je pense que l'idée d'une Agence de remplacement est bonne, simplement aujourd'hui on n'est pas prêts pour la rentrée », expliquait-il à l'AFP.

Toute l'équipe ministérielle y travaille, mais il faut encore nommer un responsable, ainsi que déterminer ce qu'on va y mettre dans cette agence. Donc, pour la rentrée, pas question de croire qu'elle sera ouverte. « Et je dois rencontrer avant la rentrée les syndicats, pour faire un point avec eux sur tous les sujets de la rentrée, et c'est un sujet que je vais aussi évoquer avec eux », précise Luc.

* NdR : ne rêvons pas non plus...