L'agrégation d'histoire, véritable bourbier

Clément Solym - 25.05.2011

Patrimoine et éducation - Programmes officiels - agregation - histoire - textes


Au concours d'agrégation d'histoire, les candidats ont été surpris par le texte qu'ils devaient expliquer. Ce document était présenté comme un témoignage du XVe siècle, alors qu’il s’agissait d’une recomposition contemporaine de 1964 !

Les candidats avaient étudié l'épreuve d'histoire médiévale sur le thème des structures et dynamiques religieuses dans les sociétés de l'Occident latin (1179-1449).

Ils ont dû expliquer un texte présenté comme le journal authentique d'un participant au Concile de Constance en 1415, alors qu'il avait été écrit, sous le titre Le concile de Constance au jour le jour (Desclée), par Monseigneur Palémon Glorieux, né en 1892 et décédé en 1979.

Cet écrivain, dorénavant célèbre, fut professeur et doyen honoraire de la Faculté de théologie de Lille, recteur honoraire de l'Institut catholique de Lille et cofondateur des « Mélanges de science religieuse. » Le chanoine avait étudié, dans une perspective religieuse, la vie des paysans, la biographie de Jeanne d'Arc, la Sorbonne, Migne et Jean Gerson, et s'était interrogé sur le sacerdoce des laïques. L'émotion suscitée par cet événement aura-t-elle des suites éditoriales ?

La méprise a en effet suscité de nombreuses réactions de protestation sur la Toile. Le ministère de l'Éducation nationale, de la jeunesse et de la vie associative a annoncé officiellement que l'épreuve restait dans le cadre du programme, et que l’égalité de traitement avait été maintenue entre tous les candidats.

C'est pourquoi le ministère considère les résultats obtenus comme valides. Les candidats sont invités à préparer sereinement les épreuves orales.