L'Algérie, ancienne et moderne, à la mort d'Ahmed Ben Bella

Clément Solym - 12.04.2012

Patrimoine et éducation - Patrimoine - Algérie - Ahmed Ben Bella - président


Le décès du premier président algérien, Ahmed Ben Bella, ce 11 avril, a plongé le pays dans un deuil profond, en regard de l'image et de l'influence de l'homme sur l'avenir de l'Algérie. Des funérailles nationales sont évidemment prévues, et toute une semaine d'hommage aura lieu. 

 

Un décès qui apparaît accompagné d'une certaine ironie, puisque c'est dans quelques semaines que le pays célébrera le demi-siècle de l'obtention de l'indépendance. Amplement salué, le quotidien d'Oran rend hommage à l'un des « chefs historiques de la révolution s'en va à la veille de la commémoration du cinquantième anniversaire de l'indépendance » - qui doit avoir lieu le 5 juillet prochain.

 

Que cette occasion soit prise alors pour se plonger dans l'histoire même de l'Algérie, au travers d'un livre ancien, de Léon Galibert, faisant retraçant l'ensemble de ce que le pays a pu connaître, depuis « les temps les plus reculés, jusqu'à nos jours ». 

 

 

 

Un livre publié en 1846 , chez Furne et Cie Editeurs, L'Algérie, ancienne et moderne. 

 

Depuis treize ans nos armées foulent en tout sens le sol de l'Algérie ; depuis treize ans la France essaie à son tour d'imposer sa civilisation à cette contrée, qui ne s'est jamais appartenue, et qui néanmoins s'est toujours montrée rebelle aux dominations étrangères ; depuis treize ans enfin cette conquête et notre occupation soulèvent à la tribune et parmi les publicistes les plus vives discussions. 

 

Naguère encore, malgré nos victoires, on doutait de la conservation de l'Algérie ; quand une voix auguste, noble interprète de la volonté nationale est venue dissiper ces alarmes : « Cette terre doit être désormais et « à toujours française » a dit le roi aux chambres réunies. « Mais, se sont écriés les esprits inquiets, pourquoi notre droit de conquête n'a-t-il pas encore obtenu la sanction des cabinets de l'Europe ? » 

 

À ce reproche, la France a montré la Méditerranée purgée des pirates et les nations affranchies par ses armes du tribut honteux qu'elles payaient aux barbares%3B puis elle a soulevé l'immense linceul qui recouvre ses milliers d'enfants ensevelis sur la terre d'Afrique!... 

 

Voilà ses titres de possession : qui oserait les lui contester, qui pourrait lui en donner de plus authentiques ? Mais là ne s'arrêtent pas les récriminations des détracteurs de cette grande œuvre. Pourquoi disent-ils encore après treize années de combats. Sommes-nous si peu avancés ?

 

Pourquoi toujours des ennemis à vaincre, des insurrections à étouffer ? Pourquoi après tant de sacrifices d'hommes et d'argent, ne voyons-nous s'élever sur cette terre arrosée de tant de sang aucun établissement fort et durable ? »

 

Un texte à télécharger directement depuis notre bibliothèque numérique

 

 

NB : quelques bugs liés à la transition entre Google Books et Google Play peuvent occasionner des téléchargements de fichiers PDF, même si l'on tente d'obtenir l'EPUB. Tout cela est hélas, indépendant de notre volonté, et l'on s'efforce de résoudre les problèmes au plus vite.