L'ami des livres Barack Obama reste à la Maison Blanche

Clément Solym - 07.11.2012

Patrimoine et éducation - A l'international - Barack Obama - Mitt Romney - Etats-Unis


Ce n'est pas une nouveauté : Barack Obama, tout juste réélu, est un grand lecteur doublé d'un écrivain occasionnel. Son livre les Rêves de mon père avait été un vrai succès de librairie et il a d'ailleurs conseillé la lecture de ses ouvrages à son (ancien) rival Mitt Romney.

 

 

Barack Obama

 Barack Obama en 2007, Allison Harger, CC BY-ND 2.0

 

 

Le président des Etats-Unis n'a jamais caché son goût pour les livres, ses conseillers en communication en ont même fait un atout dans un pays où la lecture est loin d'être le loisir préféré de ses habitants. On l'a vu un livre à la main et il ne manque jamais de glisser quelle est sa lecture du moment.

 

L' « approval » du président est devenu un argument de vente à part entière. Freedom de Franzen avait bénéficié de son statut de livre de chevet de M. Obama. Et il a participé à la consécration définitive de Toni Morrison en lui remettant en 2011 la Presidential Medal of Freedom, la plus haute distinction civile aux Etats-Unis.

 

Sa lecture ne se limite pas à la sphère privée. Au cours de son premier mandat il n'a pas hésité à faire des lectures publiques, savamment mises en scène par ses équipes de la Maison Blanche. Au mois d'avril on le voyait en compagnie de sa femme et de ses filles livrer son interprétation de Green Eggs and Ham (Les œufs verts au jambon) du Dr Seuss. (voir notre actualitté)

 

Il a également lu un extrait de Max et les  Maximonstres, preuve que ses goûts ne se limitent pas aux grands romanciers américains (Philip Roth pour ne citer que lui) et aux livres de géopolitique. La marque d'un grand président réside peut-être dans l'éclectisme de ses choix littéraires, qui sait…

 

Il est probable que cette dimension du personnage n'a joué qu'un rôle marginal dans sa victoire contre Mitt Romney. Tout au plus elle a pu rebuter certains rednecks, peu friands de cette image de président intello. Une chose est certaine, les Américains sont toujours curieux aux goûts culturels de leur président : plusieurs articles avaient recensé les préférences des deux candidats en matière de cinéma, de séries télé et de musique. Comme quoi, il n'y a pas que l'économie et la politique internationale dans la vie.

 

Et ça évitera surtout un déménagement de bibliothèque...