medias

L'Assiette au beurre, revue historique de la satire et du graphisme

Antoine Oury - 20.12.2016

Patrimoine et éducation - Patrimoine - L'Assiette au beurre - L'Assiette au beurre pdf - L'Assiette au beurre numéros


Attention, pièce maîtresse du patrimoine graphique français : parallèlement à leurs travaux d'affichistes ou de peintres, nombre d'artistes européens publièrent dans L'Assiette au beurre, magazine satirique illustré publié de manière discontinue de 1901 à 1936. Une certaine idée de la contestation et du dessin politique s'y développait.

 

Image illustrative de l'article L'Assiette au beurre
Couverture du numéro 1 de L'Assiette au beurre, le 4 avril 1901, par Théophile Steinlen

(domaine public)

 

 

Au début du XXe siècle, l'amélioration des techniques d'imprimerie et notamment des presses à cylindre permet à la presse de connaître un nouvel âge d'or : les tirages sont bien plus rapides et l'ajout d'illustration est désormais bien plus aisé. Un contexte idéal pour informer les populations sur les innovations techniques et sociales qui caractériseront plus tard la Belle Époque... mais aussi pour asseoir la liberté de la presse à grand coup de satire politique.

 

L'Assiette au beurre deviendra l'un des principaux supports de cette virulente critique à l'égard des pouvoirs, politique, religieux ou militaire, en se concentrant particulièrement sur l'expression graphique : la revue laisse une place très importante aux illustrations. « La plus artistique des revues politiques », annonce même le slogan de la publication créée par Samuel-Sigismond Schwarz, un éditeur qui fit fortune en vendant les oeuvres de Victor Hugo et des périodiques légers et grivois.

 

Si la volonté originale du directeur de la publication était simplement de profiter de l'engouement pour l'image du public de l'époque, l'accent mis sur la critique sociale fait rapidement de L'Assiette au beurre une revue contestataire de premier plan, à tendance anarchiste, essentiellement grâce aux illustrations qu'elle publie. Paradoxalement, si L'Assiette au beurre est reconnue aujourd'hui comme une revue fondatrice du rôle de directeur artistique dans la presse, Schwarz n'était pas spécialement convaincu par les idéaux anarchistes.

 

Ce sont surtout les nombreux illustrateurs qui signeront des dessins dans ses pages qui façonneront la revue : Théophile Alexandre Steinlen, Adolphe Léon Willette, Francisque Poulbot, Bernard Naudin, Jules Grandjouan, Maurice Radiguet, Tomás Júlio Leal da Câmara, Aristide Delannoy ou encore Jean-Louis Forain. La plupart de ces dessinateurs sont aussi peintres, et exercent cette activité pour la presse tantôt par convictions (comme Grandjouan) tantôt par nécessité financière. La majorité d'entre eux sont également affichistes, ce qui explique la renommée française en matière de publicité en ce début de siècle. Plus de 200 dessinateurs ont participé à la revue, précise Wikipédia.

 

 

L'Assiette au beurre connaîtra plusieurs vies : de 1901 à 1912, 593 numéros hebdomadaires sont publiés et 7 numéros bis, hors séries ou albums à thème. Dans les années 1920, une nouvelle formule est lancée, mais périclite, et le titre devient le supplément littéraire de la revue Le Merle blanc jusqu'en 1927. L'Assiette au beurre renaît une troisième fois en 1934, mais s'arrête définitivement en 1936 après douze numéros seulement.

 

Sur Gallica, la Bibliothèque nationale de France propose des versions numérisées de la revue L'Assiette au beurre, avec une base très complète pour les années 1901 à 1912, mais seulement 2 numéros de la seconde formule, dans les années 1920.