L'écriture inclusive “élitiste”, à l'opposé des projets démocratiques

Clément Solym - 08.09.2020

Patrimoine et éducation - Scolarité France - écriture inclusive ministre - Bachelot écriture inclusive - ministère écriture


Y’a-t-il péril en la demeure linguistique ? L’Académie française avait déjà déclaré que l’écriture dite « inclusive » représentait un danger pour la langue. Illisible ? Peut-être, peut-être pas. Mais pour Roselyne Bachelot, il s'agit d'un mécanisme « d'une complexité incroyable ».



Trois ans plus tôt, France Télévision diffusait ce reportage, qui montrait déjà les tensions autour de cette nouvelle approche typographique. Voici de quoi se souvenir des grandes lignes, qui n'ont pas changé...
 


Dans l’émission, Le grand jury, Roselyne Bachelot-Narquin a été longuement sollicitée sur la question du coronavirus. Notamment parce que la question de la distanciation dans les salles de spectacles pèse lourd — une cagnotte de 100 millions d’euros, dont on attend encore les précisions, a été dégagée.

Une autre enveloppe pour les artistes auteurs et autres professionnels de la culture doit accompagner le secteur. Seront évoqués le mécénat privé, pour le financement du patrimoine — mais ce dernier est toujours soumis aux aléas de la volonté de chacun. 

Cinéma, intermittents, architecture — et Notre Dame, évidemment —, mais peu d’intérêt manifesté pour l’industrie du livre finalement. 
 

Le Pass Culture détourné, dévoyé ? 


En revanche, la réalité du Pass Culture est interrogée : destiné aux jeunes de 18 ans, ce modèle de financement de l’accès payant à la culture offre un chèque de 500 € à dépenser dans des livres, places de ciné, etc. Confirmant qu’elle travaille avec Jean-Michel Blanquer (ministre de l’Éducation nationale) « nous marchons de concert, sans jeu de mots, sur la question de l’Education artistique et culturelle », la ministre revient sur cette promesse de campagne du candidat Macron.

Alors, Pass ou impair ? « Pour l’instant seulement 120 € ont été dépensés », par les détenteurs dans les départements de test, « qui montrent que sans doute le Pass Culture a besoin d’être accompagné ». Les réflexions sont en cours avec l’Education Nationale, pour ne pas simplement déboucher sur « des objets culturels monétisables — c’est à dire que l’on achète des livres pour les revendre ».

Tant que l’on demeure dans l’expérimentation, il ne faut pas tirer de conclusions.
 

Agatha Christi.e


Un mot tout de même sur la polémique autour du changement de titre du roman d’Agatha Christie – Les dix petits nègres, renommé Ils étaient 10. « Je suis assez heureuse qu’on ait débaptisé Les 10 petits nègres […] si ça peut blesser un certain nombre de personnes, sans altérer l’œuvre d’Agatha Christie… », dont elle se dit « fervente admiratrice ».

Et voici que l’écriture inclusive arrive sur le plateau : qu’en pense la ministre, cette pratique ? « Je ne suis pas une militante de l’écriture inclusive. C’est horriblement compliqué : on a déjà toutes sortes de publics scolaires qui ont des difficultés avec l’orthographe, avec la lecture, avec l’écriture. Mettre en place un mécanisme d’une complexité incroyable… véritablement, je pense que l’écriture inclusive est une démarche élitiste. Et ce que je veux, c’est un apprentissage de la lecture et de l’écriture démocratique. »
 



Commentaires
Je persiste et signe.

Je sais que tout le monde ne sera pas d'accord, mais c'est la loi du débat sur ce site de haute tenue; non des dégueulis d'anathèmes et de haines primaires comme trop souvent sur le web: voilà, il me semble que Bachelot, quant à l'écriture inclusive, ne fait qu'enfoncer des portes ouvertes, et à raison cependant.

On va sans doute l'accuser de vieux réflexes hétéropatriarcaux etc., ou de complicité avec ceux-ci plutôt.

Eh bien...grand bien leur fasse !

On l'attend évidemment sur le terrain essentiel de cette pauvre culture sinistrée...

Comme elle l'est ici en cette Belgique plus kafkaïenne que jamais en ces temps de Covid-19 et de ses effets collatéraux calamiteux !

Que certains pensent bien pires que le virus lui-même.

Oui qu'on nous le trouve enfin, ce vaccin libérateur...

Si vraiment les traitements que nous savons ne sont pas suffisants.

Et pas question pour moi le non-expert de pontifier sur un sujet que je ne maîtrise pas...



CHRISTIAN NAUWELAERS
Vous êtes en Belgique ? On m'avait dit que "Christian Nauwelaers"est dentiste à Toulon.

Bonne journée, un Belge de Marseille...
Il faut arrêter avec l'histoire de la révolution/évolution... L'écriture inclusive est une arme au service d'une minorité très active qui n'a pas pour but de fait évoluer le français (le temps s'en charge avec naturel... et prudence), mais de faire évoluer le Français afin de le contraindre psychologiquement à changer sa façon de penser.

La seule discussion possible est là-dessus : accepte-on qu'une minorité change tout un pan de culture séculaire pour aller dans leur sens ? Au nom de quoi ? Quand on sait que ce sont les mêmes qui déboulonnent les statues en voulant réécrire l'histoire, ça fait quand même peur.Très active dans la destruction, ces minorités ne proposent rien de constructif : que de la destruction. C'est leurs idées, ou bien la mort. C'est une variante de la formule du FLN en 1962 : « La valise ou le cercueil ! »

On rappelle que dans 1984, ces minorités sont au pouvoir et passent leur existence à réécrire le passé et le présent pour coller à leurs incohérences du moment. C'est notre avenir avec eux (on a déjà un avant goût avec l'URSS).

Le passé est où il est : au chaud dans le passé. On ne peut rien y changer : personne n'a de responsabilité et les choses ne sont pas noires (sic) ou blanches. Nous sommes riches d'un héritages pluri-séculaires qui a construit notre civilisation et dont la langue tient une part importante. C'est parce que les Romains ont créé le latin et un empire sur tout le bassin méditerranéen que nous parlons la langue française aujourd'hui, avec sa richesse et sa subtilité, langue qui a été longtemps la langue de référence, tant elle était précise et concise.

Ne laissons pas des minorités qui ne veulent que détruire faire de même avec notre langue.
Personne ne se pose la question de savoir pourquoi le mot "nègre" peut blesser certains. C'est "là qu'est l'os" ! Il y a longtemps, ma belle-soeur camerounaise tiquait au terme de "sauvage", désignant quelqu'un de timide, replié sur soi...Comment en est-on arrivé à, donc, ne plus pouvoir utiliser "nègre" qualifiant un "art" reconnu? L'inculture crasse, l'abandon du latin et du grec, le manque de réflexion approfondie. Tout cela détricote la langue et cela devient l'"inclusivité".
Bonjour Francisco !

Oui je suis belge et ce que vous écrivez me surprend !

Amusant !

Politique: ce que vous écrivez est totalement évident.

Je lis en ce moment l'incroyable «Black Magic A Pictorial History Of Black Entertainers in America de Langston Hugues et Milton Meltzer (Bonanza Books, 1967) -la fabuleuse saga de la culture noire qui commence avec l'esclavage...et même pour ce sujet sensible, j'apprends des choses passionnantes, ainsi que sur ce fameux «black face».

Au sujet duquel il y aurait beaucoup à dire ou écrire au lieu d'effacer et censurer sans expliquer !

Il y a du «negro» par dizaines si pas centaines dans ce livre essentiel -je commence la lecture qui me met en état de lévitation.

Si on devait proscrire à jamais ce mot, on fait comment ?

Et le premier film parlant «The Singing Fool» avec le grand Al Jolson en black face, censure ?

Et le negro spiritual,, on rebaptise...comment ?

Afro American spiritual ?

La «cancel culture» part de ces bonnes intentions dont l'enfer est pavé.

Elle est méprisable: inculte, totalitaire, et totalement anti-progressiste selon moi, un vrai progressiste ne croyant qu'à l'échange, au progrès et pas du tout à la table rase, au déni, à la réécriture du passé.

Ne donnons pas raison à Orwell, un des plus grands visionnaires de tous les temps avec «1984» !

CHRISTIAN NAUWELAERS
Il n'y a pas longtemps, il y a eu un reportage sur Malcolm X à la télévision. Dans ses discours, tout comme dans tous ceux des militants noirs de l'époque, le terme "negro" était tout le temps utilisé aussi bien par eux que par les blancs, qu'ils soient proches du mouvement civique ou non. Mais la société a évolué et aujourd'hui, plus personne ne doute que le terme "negro" aux USA ou sa traduction directe en France soit un terme insultant.

Donc les langues évoluent, mais elles évoluent en fonction des changements de la société et non pas l'inverse.

L'écriture inclusive veut changer la société en changeant la grammaire écrite, tout comme la novlangue de 1984 et c'est quelque chose de complètement dictatorial. Changer les mentalités peut se faire en diffusant de l'information, en éduquant et en transmettant des valeurs, mais pas en changeant la grammaire comme si celle-ci allait avoir un effet subliminal sur les gens.

Sans compter que complexifier l'écriture l'éloigne de la langue parlée, ce qui est idéal pour qu'une langue s'anémie et s'affaiblisse.
En tant que complotiste affirmé, je me demande dans quelle mesure l’écriture inclusive n’est pas un marqueur qui permet de repérer dans des milieux d’importance stratégique (l’université par exemple) ceux que l’on peut ranger dans son camp et ceux qu’il faut garder à l’œil comme adversaire potentiel.



L’écriture inclusive me semble donc être un marqueur de carriérisme plus qu’un marqueur d’idéologie.
pas spécialiste, mais à ma connaissance il y a deux mots en anglais pour traduire nègre: negro (positif) et niger (négatif), donc on peut garder le negro spiritual
Bravo à Mairesse pour cette si pertinente remarque sémantique que personne n'a songé à introduire dans la polémique suivant le changement de nom du best-seller (on admettra l'anglicisme) d'Agatha Christie !

L'original s'appelait bien «Ten Little Niggers», ce qui explique le changement dès 1940 de l'édition américaine, plus de quarante ans avant celui intervenu en Angleterre.

Suite à ce commentaire de Mairesse, je viens de consulter mon «Harrap's Shorter»...

Effectivement: «negro» est traduit par «noir, nègre»; pour «nigger», on trouve: Péj. «nègre, négresse».

Deux remarques: le féminin n'est pas précisé pour «negro» !

Certes il est le même substantif.

Et voici l'os: «negro» et «nigger» n'ont qu'une seule traduction officielle en français, ce qui exclut la nuance pointée par Mairesse !

Nègre, négresse...

(Les Négresses vertes au fait, pas question !

Les Chaussettes noires ?

Déjà pris -autrefois !

Ouf pas Les Chaussettes nègres !)

Mais je ferai remarquer aux bien-pensants -en Belgique, on parle parfois de rien-pensants pour des cas flagrants et invraisemblables même, comme une tentative de censure à l'ULB d'une conférence de deux protagonistes de «Charlie Hebdo», le 13 février 2020: la «cancel culture» pour les (très) nuls! -donc je précise que «nègre» et «négresse» sont restés des termes neutres, non offensants durant des décennies...

Il ne faut pas réécrire l'histoire au prisme du présent.

C'est anti-démocratique, un attentat contre l'histoire, la complexité et l'intelligence et cela dessert des causes parfaitement justes à la base !

J'ai une fibre écolo très forte- mais pas pour m'attaquer aux sapins de Noël, désolé.

Le sujet: la planète, les océans, l'air, la nature.

Et donc les faune, flore et notre humanité...

Sujets qui ne doivent être arraisonnés et instrumentalisés par aucune faction politique, selon moi.

Je termine de digresser ici et merci et bravo à Mairesse, qui pointe une évidence oubliée de tout le monde (apparemment et sauf erreur) jusqu'ici !

Et c'est sur ActuaLitté que l'on met le point sur le i (ou l'accent circonflexe si c'est le cas, d'ailleurs) !

CHRISTIAN NAUWELAERS
Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.