Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

L'Éducation nationale prône une politique en faveur de la lecture à l'école

Victor De Sepausy - 30.08.2017

Patrimoine et éducation - Programmes officiels - politique lecture élèves - enfants lectures initiatives - promotion écoles lecture


Mobiliser l’Éducation nationale sur le livre et la lecture, voici l’un des pans du programme exposé par le ministre Jean-Michel Blanquer. Exposant son projet pour l’année scolaire à venir, ce dernier souhaite avant tout restaurer une confiance véritable à l’égard du système scolaire. République, excellence et bienveillance... Gros chantiers.



 

La priorité passera par une évidence, de moins en moins commune : parvenir à ce que 100 % des élèves sachent lire, écrire compter et respecter autrui, au sortir de la primaire. À cette heure, plus de 20 % des élèves éprouvent des difficultés pour ces points – et plus particulièrement quand ils sont issus de milieux défavorisés.

 

Pour ce qui est de la lecture, le ministre rappelle que sa maîtrise est fondamentale dans la réussite scolaire, mais également qu’elle est porteuse de valeurs. Se basant sur l’enquête menée l’an passé par le Centre national du livre, Les jeunes et la lecture, Jean-Michel Blanquer pointe que le décrochage s’effectue graduellement à mesure que l’élève quitte la primaire, puis le collège. 

 

Et de rappeler que « 96 % des jeunes de 7 à 19 ans lisent — 89 % dans un cadre scolaire, 78 % dans le cadre de leurs loisirs. 68 % lisent au moins une fois par semaine, 28 % tous les jours ou presque ». 

 

L’intervention de la rue de Grenelle portera donc, en concertation avec le ministère de la Culture, sur la promotion des initiatives « en faveur du livre et de la lecture pour entretenir et développer l’envie de lire ». 

 

Pour transmettre le goût de la lecture, il suggère ainsi de passer par tous les outils possibles : presse, BD, « la littérature jeunesse de qualité » et les grands textes classiques. Bibliothèques et centres de documentations et d’information doivent s’attendre à être sollicités un peu plus encore pour cette année. 



 

La jeunesse “première victime du chômage,
du terrorisme, du défi climatique”

 

Si le ministère entend s’engager, c’est avant tout en consolidant les actions déjà menées – depuis le Goncourt des lycéens en passant par la Semaine de la presse et des médias. Si l’accès à la lecture s’opère, constate le ministre, dès l’école maternelle, c’est une « école du langage » qu’il appelle, avec des exercices assurément théoriques pour y parvenir...