L'État signe un accord avec un lycée musulman de Lille

Clément Solym - 17.06.2008

Patrimoine et éducation - Programmes officiels - lycée - musulman - Lilles


Averroès accueille des élèves dans un cadre qui le distingue des autres établissements. Ouvert en 2003, avec 16 lycéens, il en dénombre aujourd'hui 90, et 86 % de réussite au bac. Désormais, un contrat lie l'établissement à l'État, à l'instar des accords qui existent pour les lycées catholiques. Et le directeur, Maklhouf Mamèche, a tenu à se réjouir que le contrat ait été déposé hier à la préfecture.

« Cela constituera un soulagement pour nous grâce à la prise en charge financière de l'équipe pédagogique par l'État alors que le recrutement de professeurs certifiés sera désormais facilité par le rectorat », déclare-t-il, en rappelant que le rectorat avait justement émis un avis favorable.

D'ailleurs, les élèves ne seront pas triés selon leurs convictions. Averroès s'ouvrira à tous, respectant un contrôle pédagogique tant des enseignants que des programmes. « Aucun problème puisque nous les avons appliquées depuis l'ouverture de l'établissement en 2003 », poursuit M. Mamèche. « Nous ne posons jamais la question de la religion aux élèves ou professeurs, c'est une affaire personnelle, tout comme nous ne demandons jamais à une jeune fille pourquoi elle porte ou ne porte pas le voile. »

Et de mettre en avant les valeurs musulmanes essentielles dans son établissement, le « goût de l'effort et du savoir, respect des autres ». Concrètement, le cours d'éthique religieuse n'est pas non plus obligatoire, et l'arabe peut être choisi en 2e ou 3e langue. Pour 750 € par an, Averroès sera le second établissement à disposer d'un tel contrat, après une école primaire de la Réunion, située à Saint-Denis.

En Allemagne, c'était l'apprentissage de l'islam qui était dernièrement discuté.