Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

L'Expressio de la semaine : garder les cochons ensemble ?

Clément Solym - 13.10.2012

Patrimoine et éducation - Patrimoine - expression française - garder les cochons ensemble - explications


Chaque semaine, le site Expressio proposera désormais sur ActuaLitté de découvrir une expression de la langue française, pour explorer les petites perles de notre langage, et en comprendre les évolutions. Nous poursuivons cette nouvelle rubrique avec Garder les cochons ensemble.

 

 

Signification

Votre familiarité est inacceptable !

 

Origine

Vous êtes la baronne de Latronche-Enbié et le simple boulanger chez lequel vous allez pour une fois vous fournir en pain, suite à l'absence momentanée de votre majordome, s'adresse à vous en disant "Alors ma belle dame, comment on la veut sa baguette ? Blanche ou bien cuite ? Plutôt molle ou bien dure ?". Une telle familiarité fort déplacée de la part d'un tel gueux ne peut que vous choquer. Et, inévitablement, vous allez lui répondre : "Mais monsieur, nous n'avons pas gardé les cochons ensemble !".

 

En effet, vu de la part de personnes de la haute société qui n'acceptent pas la mixité sociale, élever des cochons ne peut qu'être le fait de personnages grossiers et de très basse classe, individus avec lesquels il est inimaginable qu'elles aient pu frayer un jour.

 

Retrouver les 1001 expressions

Une telle formule permet de remettre l'impudent personnage à sa place en lui rappelant qu'il n'est pas du même monde et en lui faisant comprendre que, si sa présence sur terre est tolérée, c'est bien uniquement parce qu'il faut des personnes comme lui pour s'occuper des viles tâches. Sans quoi...

 

Bon... Sans forcément pousser le bouchon aussi loin dans le mépris, l'expression est effectivement utilisée pour couper court aux familiarités considérées comme déplacées que pourrait se permettre un individu quelconque.

 

À la place des cochons, on peut aussi parfois trouver les oies, les dindons ou les vaches, autant d'animaux considérés comme stupides ou sales, donc susceptibles d'être dédaignés.

 

Exemple

« - Vous d'v'nez sourd, père Taupe !

- Un moment. D'abord, j'vous permet pas de m'appeler père comme ça, on n'a pas gardé les cochons ensemble. »

Raymond Queneau - Le chiendent - 1933