L'Expressio de la semaine : Une hirondelle ne fait pas le printemps

Expressio - 01.02.2013

Patrimoine et éducation - Patrimoine - expression française - historique - langue


Chaque semaine, le site Expressio propose de faire découvrir sur ActuaLitté une expression de la langue française, pour explorer les petites perles de notre langage, et en comprendre les évolutions. Nous poursuivons cette nouvelle rubrique avec Une hirondelle ne fait pas le printemps.

 

 

Signification
Un fait isolé n'autorise pas de conclusion générale
On ne peut tirer une généralité à partir d'un seul exemple

 


Origine
Même si les hirondelles s'en moquent, on rappellera, juste pour la petite histoire, que le mot 'printemps' vient du latin "primus tempus" ou "premier temps" et désigne la première saison.

Les hirondelles sont des oiseaux migrateurs qui partent vers l'Afrique en septembre-octobre et qui reviennent dans nos contrées en mars-avril ; par conséquent les hirondelles sont de retour "dès le printemps revient" (air connu d'Hugues Aufray).
Il serait donc facile d'en déduire que si l'on voit une hirondelle, c'est que le printemps est là.

Hélas, on ne peut pas en faire une généralité, pour au moins trois raisons :
1. Les hirondelles ne sont pas infaillibles et certaines d'entre elles peuvent revenir plus tôt qu'elles ne devraient ;
2. Même si le printemps a officiellement commencé, les conditions météorologiques ne sont pas forcément celles spécifiques de cette saison, surtout lorsque l'hiver a tendance à se prolonger un peu ;
3. Et puis il y a celles qui, en raison d'une trop grande faiblesse, n'ont pas pu migrer et, parmi elles, celles qui auront résisté à l'hiver et donneront signe de vie bien plus tôt que leurs congénères voyageuses.

Du coup, il n'est pas toujours possible d'affirmer que le fait de voir une hirondelle suffise à confirmer qu'on est au printemps (au sens météorologique du terme, qui est celui qui intéresse les paysans desquels nous viennent souvent des dictons très sagaces[1]).

Notre expression est donc simplement une métaphore qui dit qu'on ne peut pas se baser sur un seul élément significatif pour en déduire une généralité.
Elle semble dater du début du XVIIe siècle dans sa version française, mais vient du modèle latin "una hirondo non facit ver"[2], lui-même venu du grec.



Retrouver

les 1001 expressions

[1] Comme "pingouins dans les champs, hiver méchant" ou bien "neige en novembre, Noël en décembre", par exemple.

[2] On notera qu'il existe une version similaire de ce dicton dans beaucoup de langues mais que, bizarrement, dans certaines, c'est l'été qui est désigné et non le printemps. Déjà, en français, la première version signalée était "une arondelle n'ameine point l'esté", mais une des versions anglaises est aussi "one swallow does not make summer".


Exemple
« (...) Christine Lagarde se rassure néanmoins de « ce ralentissement de la hausse ». La moyenne du nombre des nouveaux inscrits oscille entre 50 000 et 80 000 tous les mois depuis la crise. Un signe « relativement encourageant » aux yeux de la ministre de l'Économie qui invoque l'effet positif des mesures du gouvernement. Une hirondelle ne fait pas le printemps ! rétorquent les économistes, pronostiquant une année noire pour l'emploi. »
Le Parisien - Article du 26 juin 2009


Compléments
A propos de l'hirondelle, on peut aussi noter ce dicton :
« Hirondelle volant haut,
le temps sera beau,
hirondelle volant bas,
bientôt il pleuvra. »
Et il se vérifie généralement, simplement parce que, lorsqu'il fait mauvais, les insectes volent à basse altitude, mais remontent lorsqu'il fait beau. Oui, certes, mais et les hirondelles, dans tout ça, me direz-vous à bon escient ? Eh bien il se trouve que les hirondelles se nourrissent d'insectes. Elles volent donc là où ils sont.