Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

L'Expression de la semaine : la veuve poignet

Expressio - 13.12.2013

Patrimoine et éducation - Patrimoine - expression française - histoire de la langue - linguistique


Chaque semaine, le site Expressio propose de faire découvrir sur ActuaLitté une expression de la langue française, pour explorer les petites perles de notre langage, et en comprendre les évolutions. Aujourd'hui, sans aucun lien avec l'actualité, ou faudrait-il avoir l'esprit retors pour le trouver, rencontre avec La veuve poignet...

 

Signification

La masturbation (masculine).

 

Origine 

Cette expression apparaît au début du XIXe siècle et son origine est incertaine.

 

La plus proposée viendrait d'une association entre le poignet dont les mouvements permettent d'arriver au but recherché et la 'veuve', présentée comme la remplaçante de l'ex-épouse du veuf qui, ne voulant pas prendre de risques avec des rencontres de passage, devenait un pratiquant assidu de la chose.

 

Claude Duneton évoque deux autres possibilités :

 

 Retrouver les 1001 expressions

En gardant le poignet, une autre origine pourrait venir d'un jeu de mots sur la guillotine, aussi appelée la 'veuve' en argot, et qui a pour effet de 'décalotter' la vie / le vit d'un bonhomme.

 

Enfin, les veuves avaient, paraît-il, l'habitude de rassasier leur besoins avec des célibataires ou des adolescents (tous libres d'attaches conjugales), ce qui arrangeait bien ces mâles. Alors en cas d'absence d'une véritable veuve à se mettre sous la... main, l'un d'eux aurait pu inventer la veuve poignet, la seule toujours disponible ("Puisque les Anglais ont débarqué chez la veuve Dupont, il ne me reste plus qu'à faire appel à la veuve poignet").

 

 Exemple

« Vous sentez comme un vertige au bas du ventre (...). Faut la douche froide ou la veuve poignet pour vous soulager »

Frédéric Lasaygues - Vache noire, hannetons et autres insectes

 

En plus 

Par extension, "épouser (ou aller chez) la veuve poignet" signifie "se masturber" (alors que lorsque la veuve désignait la guillotine, "épouser la veuve", c'était de faire trancher le cou).