L'Expression de la semaine : un capitaine d'industrie

Expressio - 28.06.2013

Patrimoine et éducation - Patrimoine - expression française - histoire de la langue - linguistirique


Toutes les semaines, pour finir en beauté et culture, le site Expressio nous propose de découvrir une expression de la langue française, et d'en explorer les sens mystérieux, autant que cachés... La période est toujours à la morosité, que ce soit météorologiquement, ou financièrement, alors penchons-nous vers un cas de figure particulièrement significatif : Un capitaine d'industrie...

 

 

Signification
Le patron d'une grande entreprise

Origine
C'est à la fin du XIIIe siècle, que capitaine débarque en français, venu du bas latin capitaneusqui signifiait « important » ou « qui domine » (on y retrouve la racine caput qui signifiait « tête »).
D'abord spécialisé dans le domaine militaire où il désigne l'officier qui commande une compagnie, ce n'est qu'au XVIe siècle qu'il s'applique à celui qui commande un navire, toujours militaire, avant de s'utiliser également dans la marine commerciale au XVIIIe siècle.
Toujours est-il que le capitaine est bien celui qui commande, y compris maintenant dans une équipe sportive, comme celle de ces onze gusses qui passent près de deux heures à courir après un ballon que onze autres gusses s'obstinent à vouloir leur chiper.

Quant à industrie, il nous vient aussi du latin, au XIVe siècle, où il désignait une « activité secrète » avant de s'appliquer à une activité en général.
C'est à partir du XVIe siècle qu'il désigne toute activité qui produit quelque chose, que ce soit des appeaux à canard ou des baleines de soutien-gorge, entre autres nombreux articles que l'homme est capable de produire.

Or, il se trouve qu'à la tête de ces entreprises qui fabriquent ces nombreux produits totalement indispensables à notre société de consommation frénétique, il y a des dirigeants dont le travail est de faire fonctionner correctement la compagnie.


Et au-dessus de ces dirigeants, on trouve le responsable suprême qui oriente la stratégie de l'entreprise comme le capitaine du bateau l'oriente dans la bonne direction, qui tient fermement la barre lorsqu'il faut traverser des tempêtes économiques ou médiatiques, et qui commande ses subordonnés comme le fait également le capitaine du navire.

 Retrouver les 1001 expressions

 

C'est de cette analogie entre le commandant d'un navire et le dirigeant d'une (grande) entreprise qu'est née notre expression qui, si elle n'est employée régulièrement que depuis la fin du XXe siècle, existait déjà au XIXe.


Et même si le capitaine d'industrie peut aussi parfois être un chevalier d'industrie, il ne faut surtout pas confondre les deux.

Exemple : 
« C'était [Joseph-Marie Jacquard] un vrai noble, et un grand capitaine d'industrie. Chaque degré d'avancement dans sa carrière fut le prix d'un honnête labeur et d'un vaillant effort. Aussi nulle envie ne s'attache à un tel homme, mais la louange, les récompenses et les bénédictions. A sa mort, tous ses ouvriers, en corps, l'accompagnèrent au champ du repos, et c'est à peine si parmi eux on eût pu en trouver un dont l'œil ne fût rempli de larmes. »
Alfred Talandier - "Self-help" ou caractère, conduite et persévérance - 1865

« La silhouette a retrouvé son embonpoint. La mine est reposée, le teint hâlé, le regard clair. Dans son bureau de Boulogne-Billancourt, Didier Pineau-Valencienne parle. Du Schneider de l'an 2000 et de ses ambitions pour le groupe en Asie. (...) En apparence, l'image du capitaine d'industrie internationalement reconnu pour la reconversion imposée à l'ancien empire Empain-Schneider depuis quatorze ans est intacte. »
Gilles Fontaine - L'Expansion - Article du 6 mars 1995

 

Peut-être découvrira-t-on dans quelques années, une nouvelle évolution : capitaine d'industrie de pédalos ?