L'Institut d'Egypte au Caire renaît de ses cendres

Clément Solym - 14.11.2012

Patrimoine et éducation - A l'international - Institut d'Egypte - Bonaparte - Le Caire


L'Institut d'Egypte, fondé par Napoléon Bonaparte en 1798, avait subi d'importants dégâts il y a un an quand il avait été ravagé par les flammes, en marge des manifestations de la place Tahrir. L'armée avait alors été montrée du doigt pour sa passivité tandis que des anonymes sauvaient ou volaient des livres. Désormais restauré, l'Institut est en phase de reconstruction de son fonds.

 

 

Bonaparte sur

 Bonaparte franchissant le Grand Saint-Bernard, dalbera, CC BY 2.0

 

 

On se félicite de cette renaissance. Le docteur Mahmoud Anwar, professeur d'archéologie à l'université du Caire responsable des manuscrits à l'Institut, a déclaré que cette rénovation était un « rêve devenu réalité ». Tout en rappelant que l'Institut a perdu des manuscrits de grande valeur dans la catastrophe de décembre dernier, il a indiqué que l'institut disposait encore de 25,000 références (soit tout de même 15,000 de moins qu'auparavant).

 

Le retour à la vie pour l'Institut a été rendu possible par la coopération de différentes instances. Si l'Etat a financé la reconstruction matérielle, pour ce qui est des affaires intellectuelles de nombreuses personnes se sont portées volontaires, parmi lesquelles on compte des étudiants, des archéologues et des historiens. A noter que l'Institut français d'archéologie orientale a apporté son aide.

 

Et il n'y a pas que les universitaires qui se sentent préoccupés par la reconstitution du fonds. L'Emir de l'émirat  Sharjah (rattaché aux Emirats Arabes Unis), le docteur Sheikh Sultan bin Mohammed Al Qasimi (également historien) va donner 4.000 ouvrages issus de sa bibliothèque personnelle. Parmi ces livres, on trouve un exemplaire original de la célèbre Description de l'Egypte, la monumentale somme scientifique de 23 volumes commandée par le futur Empereur Napoléon lors de son expédition dans le pays.

 

Ce don est d'autant plus symbolique que l'exemplaire de l'Institut avait été détruit l'année dernière et que cette vénérable institution avait été créée par Napoléon Bonaparte.