Là-bas de Jean-Jacques Goldman au bac pro de français

Lauren Muyumba - 21.06.2013

Patrimoine et éducation - Scolarité France - Baccalauréat - Professionnel - Jean-Jacques Goldman


Lundi 18 juin 2013, durant l'épreuve de français, les élèves des filières professionnelles ont eu une étude de textes basée sur deux documents. Mais surprise ! L'un des deux était la chanson Là-bas de Jean-Jacques Goldman. L'autre, un passage du Soleil des Scorta (éditions Actes Sud) de Laurent Gaudé, lauréat du prix Goncourt en 2004 pour cet ouvrage. "Peut-on construire son iden­tité en res­tant dans sa famille, dans son pays ou est-il néces­saire de partir ?"

 

 

« Là-bas, Faut du coeur et faut du courage, Mais tout est possible à mon âge". Erreur de distribution ? Pour les élèves de bac pro ce n'était pas un rêve, ni une épreuve de l'option musique : on leur demandait bien de plancher sur la chanson de Jean-Jacques Goldman, Là-bas. De nombreux twittos se sont exprimés, moqueurs, scandalisés, ou satisfaits : un lycéen qui a passé l'épreuve décrit une épreuve « sans pression ». 


Sorti en 1987, Là-bas fut un tube envendu à 593 000 exemplaires, et récompensé par un disque d'or. 

 

Les élèves ont eu plusieurs questions sur les deux textes, dont : 

-En trois à six lignes, présentez les documents du corpus en dégageant à la fois leurs différences et la thématique qui les unit. (...)

- Expliquez pourquoi dans la dernière strophe, les deux voix qui ont dialogué tout au long de la chanson cessent de se répondre.

  

Comme point commun, on relève une histoire d'amour, des gens qui vivent dans des villages isolés et aussi l'espérance. Dans la chanson de Goldman en duo avec  Sirima, la chanteuse lui demande de rester dans leur village natal alors que celui-ci veut partir avec l'espoir d'un avenir meilleur. Dans le Soleil de Scorta, Luciano Mascalzone revient à Montepuccio, un village en Italie, après être sorti de prison. C'est le récit d'une famille qui vivra dans la pauvreté, mais dans l'éternel désir « de manger le ciel et de boire les étoiles ».

 

ActuaLitté citait en 2011 l'ex-ministre de la Culture, Frédéric Mitterrand : « c'est terrible, les jeunes arrivent au bac sans connaître Dante, en ayant à peine lu Voltaire et jamais entendu parler de Garcia Lorca. » Non, mais ils découvrent JJG...