La Bibliothèque du Congrès met en ligne sa collection de manuscrits perses

Camille Cado - 02.04.2019

Patrimoine et éducation - A l'international - manuscrits histoire Moyen-Orient - Manuscrits Perse rares - Manuscrits en ligne


À l’occasion du Nouvel An perse, aussi connu sous le nom de Norouz, la Bibliothèque du Congrès a numérisé une collection de rares manuscrits perses dont 150 sont d’ores et déjà disponibles. Les ouvrages mettent en lumière des sujets scientifiques, religieux, philosophiques et littéraires, et reflètent la diversité des traditions religieuses au sein de la civilisation persane. 

Kitāb-i Saḥr-i hilāl de Shīrāzī Muḥammad

 
« Ces rares manuscrits en langue persane reflètent clairement la diversité et la nature cosmopolite de la collection », a déclaré Hirad Dinavari, spécialiste de la division Afrique et Moyen-Orient de la bibliothèque. « En effet, de nombreux articles proviennent d’Inde, d’Asie centrale, du Caucase et de régions sous domination ottomane, en plus des terres où l’on parlait le perse, comme en Iran, en Afghanistan et au Tadjikistan. »

Les manuscrits, dont les plus anciens remontent au XIIIe siècle, présentent notamment des recueils de poésie classique ou de poètes moins connus, écrits dans des styles calligraphiques raffinés et illustrés.

La collection comprend par exemple Le Livre des Rois, un poème épique qui retrace l’histoire de la Perse préislamique. À cela s’ajoutent les poèmes de Saadi Shirazi, Hafez et Jami, ainsi que des œuvres du poète Nizami Ganjavi, pour n’en citer que quelques-un.

Parmi les documents les plus historiques, on compte un manuscrit qui porte sur la vie de Shâh Jahân (1592-1666), le cinquième empereur moghol, sous le règne duquel le Taj Mahal et d’autres merveilles architecturales ont été construits. Mais aussi une carte à la feuille d’or qui montre comment le monde était perçu à l’époque islamique médiévale. La collection comprend aussi de nombreux manuscrits du Coran

Des lithographies, mais aussi des reliures de manuscrits devraient compléter la collection numérique dans les mois à venir. 

La plupart de ces manuscrits font partie de la collection de Kirkor Minassian (1874-1944), un marchand renommé dans le domaine des beaux-arts du Proche-Orient. Ses acquisitions comprenaient des trésors de tout le Moyen-Orient avec notamment des manuscrits rares en langues arabe, persane, turque et arménienne.  
 
La division Afrique et Moyen-Orient de la bibliothèque a été présenté pour la première fois en 2014 au grand public lors d’une exposition intitulée « Un millier d’années du livre persan » qui comprenait plus de 40 manuscrits perses.
 

 

La Division Afrique et Moyen-Orient (AMED) a été créée en 1978 dans le cadre d’une réorganisation générale de la Bibliothèque du Congrès. AMED comprend trois sections — Afrique, Hébraïque et Proche-Orient — couvrant 78 pays et régions allant de l’Afrique australe au Maghreb et du Moyen-Orient à l’Asie centrale et au Caucase.


<

>



 


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.