La bibliothèque Rimbaud de Jeancolas, mise aux enchères

Clément Solym - 28.06.2016

Patrimoine et éducation - Patrimoine - Rimbaud collection livres - Claude Jeancolas bibliothèque - Bibliothèque Rimbaud


Toute une vie passée à marcher dans les pas de l’homme dont les semelles furent de vents, et les voyelles de couleur. Le 21 octobre 2016, la maison Pescheteau Badin mettra aux enchères la plus méticuleuse des collections d’œuvres dédiées à Rimbaud. La bibliothèque de Claude Jeancolas dispersera ses souvenirs, éditions originales et autres documents : 150 lots rimbaldiens... Que ma quille éclate !

 

arthur

freyjo7, CC BY ND 2.0

 

 

Écrivain, journaliste et historien d’art, Claude Jeancolas découvrit sa passion pour Rimbaud vers 40 ans, quand les démons vous susurrent à l’oreille. Dans la revue Max qu’il dirigeait, il introduit une phrase du jeune Arthur, à son professeur, Izambard : « Vous finirez comme un satisfait qui n’a rien fait, n’ayant rien voulu faire de votre vie. »

 

Et voici que la passion le consume soudainement : après avoir fait paraître 19 livres sur le poète, dont une biographie de référence, Jeancolas présenta un Arthur Rimbaud bien éloigné du poète maudit que l’on connaît habituellement : un Rimbaud surdoué, d’une intelligence supérieure ayant une connaissance parfaite de la langue française et des règles de la poésie. Un Arthur qui soudain donne au poète une mission vers une quête spirituelle et un Rimbaud qui se détourna de la poésie lorsqu’il la trouva inefficace dans sa quête. 

 

Jeancolas fut également un redresseur de torts, en rendant à la mère, Vitalie, la place qu’elle méritait, démontrant toute l’affection qu’elle portait à son fils perturbateur. Sous sa plume, le poète maudit devint l’un des mythes fondateurs de la culture moderne, sa langue, son allure, sa philosophie de la vie étant devenue des modèles d’écriture, de pensée et source de création et de comportement dans le monde entier.

 

 

 

 

Ce sont ainsi 150 lots qui seront proposés aux enchères, parmi lesquels l’exemplaire d'Une saison en enfer, (In-12, broché, maroquin janséniste tête-de-nègre, dos à 5 nerfs, doublure de maroquin rouge, gardes de papier noire, tranches dorées sur témoins, couverture et dos. P.-L. Martin), estimé entre 8000 et 10.000 €

 

Unique ouvrage publié par Rimbaud à compte d’auteur. Le poète en avait distribué quelques exemplaires, mais la presque-totalité du stock, 425 exemplaires, se trouvait chez l’éditeur qui, n’ayant pas été réglé des frais d’impression, conserva une partie de l’édition. Celle-ci fut retrouvée par Léon Losseau, bibliophile belge, qui publia sa découverte dans une plaquette en 1916. Certaines des pages ne sont pas imprimées sans que personne n’ait pu y trouver une explication. 

 

Devenu un véritable mythe dans la culture moderne, Arthur Rimbaud inspirera de nombreux artistes aussi bien écrivains que peintres et sculpteurs. Ainsi, dans une seconde partie, la vente témoignera de l’héritage laissé par Rimbaud depuis sa disparition avec des portraits médailles, affiches, recueils de souvenirs. 

 

On y trouvera par exemple ce livre de Paul Verlaine, Les Poètes maudits, Paris, Vanier, 1884. (In-12, demi-veau chamois quadrillé, dos à 5 nerfs orné de filets à froid et de chiffres dorés et répétés, tête dorée, étui moderne. Reliure de l’époque), estimé entre 1500 et 2000 €.