Le 17 août dernier, lors de l'IFLA (Fédération Internationale des Associations et Institutions de Bibliothèques)la BnF (Bibliothèque nationale de France) et BanQ (Bibliothèque et Archives nationales du Québec) ont renouvelé leur entente-cadre de coopération. Les accords passés entre les deux institutions gravitent autour de trois axes : bibliographique, numérique et professionnel. 

 

Laurence Engel, à gauche, et Christiane Barbe, à droite, au moment de la signature de leur entendre-cadre de coopération (BAnQ)

 

 

Laurence Engel, présidente de la BnF, et Christiane Barbe, présidente-directrice générale de BAnQ, se sont rencontrées à l’occasion de l’IFLA, qui se tient cette année à Columbus (Ohio, États-Unis). Comme tous les ans, la BnF s’y trouvait, car elle coordonne le programme PAC (Preservation and conservation) qui permet de sauvegarder des documents anciens et/ou fragiles. Elle prend aussi part aux groupes de travail sur les normes de catalogage. (via Wikipédia

 

Dans un communiqué publié par la Bibliothèque et Archives nationales du Québec (BAnQ), Christiane Barbe rendait compte de sa joie que « deux importantes institutions de mémoire et de savoir de la francophonie mettent en commun leurs ressources et leurs compétences. Il s’agit d’une action forte qui témoigne d’un engagement sérieux en faveur de la culture francophone, à la fois matérielle et dématérialisée, et du patrimoine documentaire ». 

 

Les deux organismes ont signé un accord de coopération sur trois ans, au cours desquels la BnF et BAnQ vont réaliser des projets communs et des plans d’action annuels définis par les deux organisations. Cette entente-cadre de coopération tournera autour de trois axes. Il s’agira de mettre en avant les aspects bibliographiques, numériques et professionnels des projets communs. 

 

En d’autres termes, la coopération bibliographique permettra d’« affiner l’expertise de BAnQ et de la BnF en matière de catalogage et d’indexation ». Pour ce faire, les deux institutions se livreront à des travaux sur des normes internationales et entameront des échanges accrus « dans les domaines des métadonnées, des données liées et du Web sémantique ». 

 

Autre point important : la coopération numérique facilitera la numérisation du patrimoine documentaire francophone, et permettra aux deux organismes de s’accorder sur l’acquisition et la préservation du patrimoine numérique. Au cours de ces trois ans, la BnF et BAnQ poursuivront leur collaboration au Réseau francophone numérique (RFN) — qui offre aux institutions patrimoniales appartenant à l’espace francophone un forum d’échanges autour des enjeux de l’ère numérique — pour développer la nouvelle Bibliothèque numérique du Réseau, dont le lancement se fera cet automne. 

 

Enfin, le développement de la coopération professionnelle entre BAnQ et la BnF sera assuré par un « partage de connaissances des technologies de l’information inhérentes à la réalisation des missions respectives » de chaque organisation, par la conservation et la mise en valeur du patrimoine francophone. « BAnQ et la BnF conviennent en outre d’explorer des collaborations à caractère culturel ou scientifique et souhaitent accueillir des membres de leurs personnels respectifs ou des stagiaires. »