La BNF fait appel au mécénat pour l'acquisition d'un trésor national

Clément Solym - 28.08.2012

Patrimoine et éducation - Patrimoine - Livre d'heures - Trésor national - BNF


La Bibliothèque Nationale de France a lancé un appel aux dons, ouvert à tous, pour l'acquisition du Livre d'Heures de Jeanne de France. Le manuscrit, richement enluminé, date de 1452 et fut commandé par le roi Charle VII à l'occasion des épousailles de la princesse avec le comte de Clermont. Le chef d'oeuvre médiéval a été classé trésor national en juin 2011 par le ministère de la Culture. Les mécènes devraient permettre de réunir les 250.000 euros nécessaires à l'acquisition.

  

(source : BNF)

 

 

Le manuscrit royal est constitué de 336 feuillets de parchemin, pour un format de 10,8 cm sur 7 cm. Il est généreusement orné d'enluminures attribuées à de grands maîtres du XVe siècle. La majeure partie des illustrations sont peintes par l'artiste anonyme qu'on surnomme le Maître de Guillaume Jouvenel des Ursins. Deux peintures se distinguent, elles sont caractéristiques du coup de pinceau raffiné de Jean Fouquet.

 

28 miniatures en pleine page illustrent les prières quotidiennes ainsi que la lecture des évangiles.37 enluminures plus petites concernent des représentations hagiographiques. Un calendrier calligraphié et composé de 24 médaillons enrichit l'ouvrage.

 

Si le manuscrit avait été connu principalement par des reproductions en noir et blanc, l'original a conservé un bon état au sein de la collection privée de Victor-Prosper Martin Le Roy (1842-1918). Seul le velours rouge semble avoir été ajouté postérieurement.

 

Dans son communiqué, la bibliothèque affirme que le manuscrit « n'a pas d'équivalent dans les collections publiques françaises. Son entrée dans celles de la BNF est donc de la première importance. »

 

La BNF a prévu de faire l'acquisition de cette oeuvre avant la fin de l'année, pour un coût d'environ un million d'euros. Elle a d'ores et déjà mobilisé des mécènes à hauteur de 75 % de la somme, mais fait appel aux dons pour rassembler les 250 000 euros qui font actuellement défaut.

Bruno Racine, le président de la BNF a ajouté : « Nombreux seront ceux qui comprendront la nécessité de garder en France ce trésor national et auront à coeur de nous aider à l'acquérir, quels que soient leurs moyens. »