Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

La Case de l'oncle Tom : la maison natale de l'auteure en vente sur eBay

Victor De Sepausy - 17.08.2017

Patrimoine et éducation - A l'international - Case Oncle Tom - maison enfance auteure - patrimoine littérature amérique


Les historiens de la littérature savourent la vie d’Harriet Beecher Stowe : la plupart des maisons où l’auteure de La case de l’oncle Tom a pu vivre sont non seulement protégées, mais aussi préservées. À l’exception de la maison construite à Litchfield, dans le Connecticut. Qui sera mise en vente, en pièces détachées...



 

 

Pour 400 000 $, il est en effet possible de s’offrir la maison que le père d’Harriet Beecher Stowe acheta en 1810 – 36 ans après sa construction. Elle y vécut jusqu’à l’âge de 13 ans, avant de partir au Hartford Female Seminary pour ses études. C’est également l’endroit où elle a passé ses dernières années.

 

La maison, qui faisait l’objet de plusieurs différends, a été totalement démontée, et se retrouve maintenant en pièces détachées, littéralement – stockées pour partie dans le Massachusetts et le Connecticut. Art Pappas, un vendeur d’antiquités, et copropriétaire, a décidé de la mettre en vente sur eBay, mais n’a à cette heure toujours pas eu d’enchères. 

 

Lui-même avait espéré pouvoir la retaper et la restaurer pour l’ouvrir au public. 

 

Une démarche pas vraiment pro-eBay – plutôt encouragée
 

Mais ce que personne ne s’explique encore, c’est comment la maison de naissance de cette auteure a pu finir sur les enchères d’eBay ? Le chanteur Pete Seeger y avait vécu dans les années 1920 et, par la suite, elle devint un dortoir scolaire durant un demi-siècle. Mais manifestement la famille originelle s’en était bien débarrassée.

 

En 1996, l’endroit fut mis en vente, et plusieurs associations et musées consacrés à Harriet Beecher Stowe tentèrent le coup. Mais impossible de parvenir à définir ce qui était encore authentique de l’époque – et par conséquent, la valeur réelle de la maison. 

 

Le Harriet Beecher Stowe Center avait exprimé son intérêt, sentimental et intellectuel pour le lieu, mais n’avait alors pas les moyens de s’offrir le projet de réhabilitation nécessaire. 

 

En 1997, elle fut vendue pour 1 $, et l’acheteur avait prévu de la déplacer pour en faire un musée, consacré au début de la vie de l’auteure. Mais jamais il ne put mener à bien son idée. Quand Art Pappas récupère le bébé, il ne sait pas vraiment quoi en faire, mais après des années d’indécisions, il a tranché : « La maison va finir par pourrir », assure-t-il. 

 

Voilà comment le bâtiment se retrouve sur eBay, loin de faire perdurer la mémoire d’une auteure qui a marqué toute l’Amérique. « Nous recherchons une personne ou une organisation qui serait financièrement en mesure de restaurer correctement ce trésor national », poursuit le vendeur auprès de l'AP. 


On peut retrouver l’annonce à cette adresse.

 

Harriet Beecher-Stowe, trad. Léon de Wally et Edmond Auguste Texier – La case de l’oncle Tom – Gallimard jeunesse – 9782075079594 – 5,90 €