La Corée du Sud souhaite envoyer des livres au Nord

Louis Mallié - 19.04.2014

Patrimoine et éducation - A l'international - Corée du Nord - Corée du Sud - Incheon


Dans le cadre de sa nomination comme Capitale mondiale du Livre 2015, la ville sud-coréenne d'Incheon projette, entre autres festivités de taille, d'envoyer des livres au Nord.  « Nous souhaitons que la ville d'Incheon soit un symbole de paix et d'harmonie. Nous souhaitons montrer que les livres peuvent vaincre les frontières entre le Nord et le Sud », avait déclaré la semaine dernière, au London Book Fair, le Secrétaire général de l'Asia Pacific Publishers Association, Seung-Hyun Moon.

 

Songdo Central Park

travel oriented, CC BY-SA 2.0

 

 

Ce n'est pas la première fois que le Sud souhaite envoyer des livres au Nord : l'Eric Yang Angency avait déjà tenté d'y envoyer des exemplaires de Harry Potter voilà quelques années. « C'était un peu trop occidental », a expliqué Moon, « mais nous avons de nombreux contes folkloriques dans le Sud qui pourraient être envoyés. »

 

Les Coréens espèrent profondément que la notation de leur ville constituera un tournant pour l'édition coréenne - et l'importance de la ville. Aussi, entre autres initiatives prévues, on trouvera la construction de la première bibliothèque accessible aux handicapés, et l'accès à des eBooks gratuits sur internet grâce des codes qui seront disponibles pour tous dans les lieux publics.

 

Une campagne de protection des librairies sera également mise en place, ainsi que de nombreuses initiatives visant à encourager les gens à se rapprocher des livres et à mettre en valeur leur rôle de citoyen - une tâche que les organisateurs ont surnommée « lire pour guérir ». 

 

Par ailleurs, la ville d'Incheon voisine de nombreuses îles qui, du fait de leur position géographique, ont peu accès aux nombreuses institutions culturelles de la capitale. Les festivités seront donc l'occasion de faciliter le partage avec ces territoires plus reculés. Déjà, pour contrer cet isolement, la ville s'était lancé une entreprise digne d'un roman de Jules Vernes : une bibliothèque mobile qui se déplace d'île en île sur un bateau... 

 

La ville d'Incheon possède quant à elle déjà un large habillage culturel :  47 bibliothèques publiques, 169 communautés bibliophiles, et 23 petites bibliothèques. Une application smartphone permet également aux 2,9 millions citoyens de Incheon d'avoir accès à une bibliothèque en ligne. Les responsables aimeraient donc que la nomination de l'UNESCO permette à la ville de persévérer dans sa marche pour devenir « une plateforme internationale d'échanges culturels par le livre. » En somme, cette nomination va dans le sens d'une présence plus importante de la ville d'Incheon sur la scène internationale.

 

Pour autant, en dépit de toutes ces dynamiques, Moon demeure réaliste : « Actuellement, nous ne sommes pas en mesure d'envoyer des livres au Nord, tout simplement à cause des tensions qu'ont déclenché les récents exercices militaires dans la région. » 

 

C'est pourquoi les Sud-Coréens espèrent pouvoir miser sur les livres jeunesse, qui, de par leur neutralité ne devraient pas provoquer de levée de boucliers - ce qui bien sur, dépendra aussi du contexte politique.  « Nous espérons que la situation sera différente. Et puis, les livres jeunesse sont neutres. »

 

Jean-François Copé ne serait pas nécessairement du même avis...