La Cour des comptes épingle la gestion de Sciences Po

Clément Solym - 09.10.2012

Patrimoine et éducation - Scolarité France - gestion - sciences - po


Richard Descoings, dirigeant charismatique de Sciences Po Paris, mort en avril 2012 à New York, n'avait pas une gestion du célèbre établissement tout à fait dans le goût de la Cour des comptes. Dans son dernier rapport, l'institution épingle des salaires bien trop élevés.

 

Il y aurait même eu, en la matière, une certaine dérive couverte par un Etat devenu muet sur la question. Selon un pré-rapport dont Le Monde s'est procuré copie, la Cour des comptes devrait même saisir la ministre de l'Enseignement supérieur pour remettre un peu d'ordre dans la maison Sciences Po Paris.

 

A elle seule, l'évolution de la rémunération de Richard Descoings, entre 2005 et 2011, est révélatrice de comportements douteux. En 2010, elle s'inscrivait ainsi en hausse de 60,4 % par rapport à 2005, avec un brut annuel de 537 246 euros. Le rapport définitif sera publié en novembre prochain.