La culture orale, en Afrique, est en train de mourir, assure un universitaire

Cécile Mazin - 21.07.2016

Patrimoine et éducation - A l'international - culture orale Afrique - menace transmettre sagesse - mot parole smartphones


L’écrivain et universitaire travaillant pour l’Académie royale espagnole, Justo Bolekia Boleká, a fait trembler tout le continent africain. La "palabre" en Afrique « est en train de mourir », affirme-t-il, remplacée par une culture de l’écrit. Et le plus dangereux reste que ce pan culturel n’existe pas en Europe...

 

lionne 2

phgaillard2001, CC BY SA 2.0

 

 

C’est au cours d’une conférence donnée à San Lorenzo de El Escorial, une commune d’Espagne, que l’universitaire est revenu sur ce qui est un de ses thèmes de réflexion. 

 

Pour Boleka, l’écriture représente un gel de la culture, et ne possède pas le dynamisme ni la transformation que l’on retrouve dans la parole et la culture orale. 

 

Considéré comme l’un des plus grands spécialistes de la littérature et de la poésie afro-hispanique, il estime que les gens ne seront bientôt plus en mesure de parler. Pour communiquer, ils devront employer des téléphones portables, parce que la parole – la palabra, qui a donné le terme palabre français – s’éteint. 

 

En Europe, la culture orale est aujourd’hui inexistante, du fait de la grande utilisation de smartphones et autres appareils. L’universitaire voit dans le recours permanent à ces technologies de véritables poisons dans la culture du mot, et de la parole.

 

Cette tradition africaine, qui a placé la parole comme modèle de transmission de toute sagesse, est également le lien entre les jeunes et les adultes, souligne-t-il. « L’Afrique compte encore des villages qui ne sont pas contaminés par la mondialisation, où l’école est peu présente dans les maisons et les livres sont rares – à savoir une Afrique analphabète. »

 

Bien entendu, cette dimension n’est pas acceptable, mais Justo Bolekia Boleká entend demandé que l’on trouve les moyens pour préserver l’oralité, garante pour lui des phénomènes de changement dans la société.

 

Voici une lecture de poèmes faite en bubi, langue bantoue insulaire de Guinée équatoriale, et en espagnol.