medias

La fin du monde approche ? La Norvège a déjà pensé à sauver la littérature

Elodie Pinguet - 31.03.2017

Patrimoine et éducation - A l'international - archivage données - stockage archives norvège - World Arctic Archive


À Svalbard, en Norvège, s’est construit un véritable bunker à données. À destination de tous les pays, ces archives mondiales devraient permettre de résister à l’apocalypse et de conserver les données stockées pendant au moins 500 ans.

 

Photo d'illustration - Svalbard, Norvège (Luc Jamet, CC BY NC SA 2.0)

 

 

En plein cœur de l’Arctique, en Norvège, s’est construite une installation appelée World Arctic Archive destinée à contenir les archives numérisées du monde entier. La zone de stockage devrait même pouvoir résister à diverses catastrophes naturelles et même à des guerres nucléaires.

 

Les archives seront stockées dans une ancienne mine de charbon, enterrée dans le pergélisol, la partie d’un sol étant gelée pendant au moins deux ans. Il est également imperméable, ce qui en fait un allié idéal pour le stockage, car « l’installation n’est pas affectée par les saisons ». À l’intérieur des mines, la température oscille entre -5 et -10 degrés.

 

De plus, les archives mondiales ont été installées à Svalbard, car c’est une zone démilitarisée qui ne devrait donc subir « aucune attaque militaire ». 

 

À ce stade, seuls le Brésil et le Mexique auraient signé pour stocker leurs documents au World Arctic Archive. Toutes les données numérisées seront archivées sur des bandes de films développées par la société Piql. Dessus sont stockées, des vidéos, des images, des documents, en clair « une grande quantité de données en plusieurs couches ».

 

D’après Katrine Loen Thomsen, de chez Piql, les données peuvent être conservées au moins 500 ans, mais « nous croyons que nous pouvons enregistrer les données pendant 1000 ans ». Des tests vont être réalisés pour vérifier cette hypothèse. Des livres ont été stockés sur les films de Piql, mais la Bibliothèque nationale de Norvège juge que la solution proposée par la société « n'est pas assez accessible au grand public ».

 

Pour que ces héritages conservés puissent être découverts par nos descendants, les rouleaux de film seront stockés « avec des instructions lisibles et des visuels explicites ».

 

Pour Eric Cardoso, des Archives Nationales du Mexique, stocker leurs données au World Arctic Archive c'est « sauver la mémoire de ma nation ».

 

Une autre structure du même genre, la Gobal Seed Vault, avait été ouverte dans la région. Diverses semences y sont stockées dans le cas où une catastrophe naturelle viendrait à détruire toutes les cultures sur Terre. La culture aussi a son abri antiatomique, désormais...

 

Via NRK