La France 'champion(ne) des redoublements' selon la Cour des comptes

Clément Solym - 15.05.2010

Patrimoine et éducation - Programmes officiels - rapport - cour - comptes


La France serait le « champion des redoublements » selon un rapport de la Cour des comptes. Selon le rapporteur au Sénat du budget de la mission enseignement scolaire, Jean-Claude Carle : « Nous sommes le pays qui consacre le plus de moyens à l'éducation, et dans le même temps, nous sommes celui où le taux de redoublement est le plus élevé, ou un fils d'ouvrier a 17 fois moins de chance de préparer une grande école qu'un fils de cadre supérieur ou d'enseignant »

Dans un communiqué paru jeudi, un jour après que le rapport de la Cour des comptes a été révélé, il estime que le système français « est trop uniforme, trop centralisé » et que « l'égalité des chances, contrairement à ce que pensent certains pédagogues, passe par l'inégalité de traitement ». Et d'ajouter : « Il devient urgent de réussir une répartition plus équitable entre les différents acteurs de la communauté éducative ».

Pour établir ce rapport, une enquête de trois ans a été conduite dans 6 académies et 3 pays européens (Suisse, Espagne, Royaume-Uni). Il met en évidence qu'un élève sur six sort du système scolaire français sans diplôme soit plus de 21 % alors qu'en 2000 ils n'étaient que 15 % selon l'OCDE. Ainsi tous les ans 130 000 jeunes quittent l'école sans diplôme et la moitié se retrouve au chômage.

De plus, le rapport indique qu'en 2008 seuls 18 % d'élèves d'origine sociale défavorisée obtenaient le baccalauréat général contre 78,4 % d'élèves de milieu favorisé. Selon le premier président de la Cour des comptes « l’école en France n’a pas réussi à surmonter le défi de la démocratisation ».

Outre « l'inégalité de traitement » après avoir ciblé les besoins des élèves, le rapport de la Cour des comptes propose de laisser aux équipes éducatives la gestion complètement de leurs moyens financiers. Elle préconise par ailleurs de faire baisser le taux de redoublement, de repenser le rythme scolaire qui serait trop lourd et de changer le système d'affectation des jeunes enseignants.