La littérature médiévale disparaîtrait du Capes de Lettres modernes

Victor De Sepausy - 28.10.2020

Patrimoine et éducation - Programmes officiels - littérature médiévale CAPES - Blanquer réforme CAPES - littérature médiévale étudiant


Tristan et Iseut ne se mourront plus d'amour...? Un projet d’arrêté a mis les enseignants en branle. Et en émoi. Ce dernier, visé par le ministre de l’Éducation nationale, Jean-Michel Blanquer, entend supprimer la littérature médiévale du programme du Capes de Lettres. Une pétition est lancée, avec pour intention ferme que recule le baudet.


 

Anne Carlier, Professeure à Sorbonne Université, Présidente de la Société internationale pour la Diachronie du Français et membre de l’Académie royale de langue et littérature françaises de Belgique, rien que cela, a adressé une lettre ouverte au ministère. Elle constate « que les textes médiévaux sont désormais écartés du programme de l’épreuve disciplinaire appliquée, étant donné que les textes seront choisis dans la période allant de la Renaissance à nos jours ».
 
Pour les étudiants envisageant de passer le CAPES de Lettres modernes, donc, fini les Lais de Marie de France, et tout ce qui s’inscrit entre la chute de l’Empire romain jusqu’à la Renaissance florentine. Entre la fin du Ve et la fin du XVe siècle, donc. 

Exeunt, donc, des Pierre Abélard, des Thomas d’Aquin, ou encore tout l’amour courtois et le Roman de Renart

Dans son courrier, la professeure déplore que la France « ne valorise plus, à travers l’enseignement, ce pan de sa littérature nationale, qui a été une source d’inspiration pour les littératures de l’Occident au moyen âge ». Le ministère resterait-il insensible à « la beauté des textes médiévaux » ? Tout porte à le croire.

Mais quid de cette disparition alors, de textes médiévaux qui font « partie intégrante du patrimoine culturel et intellectuel » ? Tant par l’analyse grammaticale de ces œuvres, que de par la valeur littéraire, il semble difficile d’occulter un pan au profit d’un autre. Cet enseignement doit continuer « à faire partie du bagage disciplinaire du professeur de Lettres du second degré et, partant, aussi du programme du concours destiné à le recruter », indique le texte.

La pétition est à retrouver à cette adresse, pour que l’on laisse « à la langue et la littérature médiévales la place qu’elles méritent ».

La littérature médiévale avait déjà subi les assauts ministériels, quand, en 2005, l'Inspecteur général Philippe Le Guilloux avait opté pour une réduction de moitié le nombre de spécialistes de grammaire à l'oral de l'agrégation externe de Lettres modernes.

illustration : manuscrit Tristan et Iseult


Commentaires
Lamentable ! Pourquoi penser que les étudiants actuels sont trop bêtes pour assimiler les textes médiévaux?
Philippe de Villiers avait raison, il avait prévu la disparition de la France et de son héritage. On sait bien que c'est le christianisme qui est visé car la littérature médiévale (Chevaliers de la Table Ronde, etc) comportait beaucoup d'allusions à un monde spirituel, sans tabou ni interdit.

Par contre, la montée souterraine de l'islamisme est bienvenue...
Il n'y a jamais eu de Littérature Médiévale au Capes, mais une épreuve de grammaire de l'ancien Français. Le texte n'étant étudié que sous l'angle de la syntaxe, de la phonétique historique, etc. Jamais sous son angle littéraire. Et je suis titulaire d'un Capes depuis plus de 3 décennies.
La langue pour accéder à la littérature : c'était un minimum. Non ?
Ce n'est pas avec ce genre de mesure que le niveau va remonter en littérature. On peut se demander quelle valeur aura un diplôme d'enseignement, que ce soit le CAPES ou l'Agrégation et ne parlons pas des doctorats qui sont bradés ... Après la fabrique des crétins, c'est la république des ignares !
Quel dommage! Abandonner la littérature médiévale qui contient aussi nombre de récits et de poèmes d'amour courtois. Ce genre d'écrits, certes naïfs et idéalistes, mais aussi frais et encourageants, vraiment toujours toute leur place à notre époque où l'homme est trop souvent encore présenté comme le modèle à suivre, oserais-je dire à atteindre... Quelle pitié de voir pas mal de femmes, qui au nom de l'égalité, semblent vouloir "singer l'homme". en lui empruntant sa grossièreté, son arrogance. Voir le monde future dominé par des femmes qui seraient comme l'homme actuel (je caricature et généralise, bien sûr) n'est pas une perspective attirante?
Il est impossible de passer aux oubliettes tout ce corpus littéraire de notre patrimoine.
Lamentable et très grave ... Il est indispensable de conserver cette période de notre histoire . Bientôt on va aussi supprimer les oeuvres d 'Art , Peintures /Sculptures ????
On vivait dans un beau pays, et le Français était parlé dans le monde entier.

Actuellement il n’y en a que pour les migrants , au nom de la laïcité plus de crèches plus de sapins, mais viande hallal dans les cantines, c’est bien religieux que je sache.

Et maintenant on veut supprimer ce qui a fait la beauté de notre langue, fini les textes du moyen âge pourtant si poétique. Ou va la France
Il fallait aussi le traduire, ce qui nécessitait une excellente connaissance de l'oeuvre, proche de celle qui est requise lorsque l'on procède à une étude dite plus littéraire.
Peut -être ne s’agit-il que d’un redécoupage du temps entre lettres « classiques » et lettres « modernes »?
Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.