La Maison de Colette sera désormais un lieu de culture

Nicolas Gary - 11.05.2016

Patrimoine et éducation - Patrimoine - maison Colette écrivain - Saint Sauveur Puisaye - maison natale Colette


La maison natale de l’écrivaine, rachetée en 2011 par l’Association « La Maison de Colette », sera inaugurée officiellement le samedi 21 mai 2016, après 18 mois de travaux et 5 ans après le début de la mobilisation menée pour la racheter et la réhabiliter. Ce sera désormais un lieu de culture, ouvert à tous, tout au long de l’année. Le chantier a été mené par Pascal Prunet, architecte en chef des monuments historiques, et par Françoise Phiquepal, architecte — paysagiste, avec le souci de retrouver fidèlement les espaces, en réutilisant des matériaux et des techniques de l’époque. Jacques Grange, passionné de Colette dont il habite l’ancien appartement au Palais Royal, en a supervisé l’aménagement. 

 

 

 

Colette est l’écrivaine qui porta la langue française à un point de perfection rarement égalé. Une femme parmi les plus libres de son temps, une source d’inspiration pour des générations de lecteurs et de lectrices, une pionnière et un exemple dans l’émancipation et la libération de la femme au XXe siècle. La première femme aussi à avoir eu des obsèques nationales.


C’est dans sa maison natale située à Saint-Sauveur-en-Puisaye (Yonne), qu’elle évoque dans toutes ses œuvres, entre ses murs, dans ses jardins, que Colette a acquis, auprès de sa mère Sido, sa connaissance des plantes et des bêtes, l’attention aiguë à tout ce qui veut vivre. Mais aussi l’amour de la liberté et cet art de percevoir le monde à travers tous les sens, qui deviendront les marques d’un style unique dans toute l’histoire de la littérature.


Mieux qu’une simple maison d’écrivain, la maison natale de Colette est la genèse de sa création littéraire. Sa réhabilitation et son aménagement permettent au grand public, et notamment aux plus jeunes, de découvrir ou redécouvrir la vie et l’œuvre de celle qui, toute sa vie, resta fidèle à un pays, la Puisaye, et à une région, la Bourgogne. 

 

Une visite type de la Maison de Colette 

 

Accueillis dans la cour de la maison, les visiteurs sont conduits dans le jardin « d’en face » qui offre le premier point de vue sur la maison, son perron boiteux, sa grille de fer forgé. Comme la jeune Colette
à son retour de l’école, ils découvrent la salle à manger, le salon avec sa table de jeu et son piano où tous les enfants se relaient, la chambre des parents où la présence de Sido est encore palpable, la chambre de Colette enfant, son froid carrelage rouge et sa natte de roseaux tressés. À l’étage on découvre dans le bureau du Capitaine, revues et livres partout disséminés, et la chambre de Juliette, avant de redescendre vers la cuisine humer les nourritures dont le sucre et le sel coulent encore entre les mots de l’écrivain. 

 

En n, la terrasse dallée, recouverte de glycine et de bignonier, entraîne le visiteur vers le jardin, véritable cœur de la maison où se déploient l’amour et la connaissance universelle que la mère léguera à l’enfant : rosiers et iris de toutes sortes, pensées et lauriers, arbres fruitiers, le chaud potager et la même glycine deux fois centenaire qui arrache la grille au fond du jardin. 

 

 

La Maison de Colette est un projet patrimonial et culturel qui comprend : 

– La reconstitution des jardins et de la maison tels que Colette les a connus et fidèlement décrits dans son œuvre, 

– L’installation du « Centre d’études Colette », le plus important fonds de documentation la concernant (lettres, manuscrits, livres, articles, objets...), associé à un studio pour des chercheurs et des auteurs
en résidence ; 

– Une programmation culturelle tout au long de l’année autour de Colette et de femmes célèbres et remarquables ; 

– La création du festival Corps en scène et des Journées du goût,
en plus des deux festivals déjà existants : Comme ça me chante ! Fin juillet et Festival International des écrits de femmes en octobre, 

– La transmission du patrimoine au jeune public par des activités spécifiques : atelier d’écriture, classe patrimoine...