La pédagogie anti-piratage directement dans les salles de classe

Clément Solym - 07.01.2016

Patrimoine et éducation - A l'international - piratage oeuvres - contrefaçon clients - classes élèves


Le gouvernement britannique a décidé de prendre le problème du piratage à la racine. Dans les salles de classe, les élèves sont désormais encouragés à réfléchir sur les conséquences de leurs actions sur le net. À travers l’initiative Creative Content UK, une campagne de sensibilisation axée sur la dissuasion des plus jeunes, tente un exercice de pédagogie.

 

 

 

Sous le nom de code Cracking Ideas, depuis novembre dernier, on peut découvrir comment Wallace et Gromit ont été mis au service de la propriété intellectuelle. Différents contenus censément ludico-pédagogiques sont à la disposition des enseignants, pour sensibiliser leurs élèves. 

 

De 14 à 19 ans, on les incite à prendre conscience de « l’impact et de l’éthique du piratage de films, les conséquences du téléchargement de film illégal et l’impact du piratage de films sur les industries créatives ». Éminemment plus sexy que d’étudier les sonnets de Shakespeare, sans aucun doute. 

 

Une leçon plus spécifique tourne autour de 18 diapositives, indique Torrent Freak, pour encourager à la réflexion. « Pourquoi pensez-vous que les gens distribuent et téléchargent des films illégalement ? », lit-on, ou encore « Que pensez-vous des conséquences sur cette activité ? »

 

Sans trop d’étonnement, on découvre que l’argent est mis en avant comme l’unique motivation des pirates de contenus culturels. Seule consolation, on met toutefois en balance le fait que le prix et la disponibilité peuvent être des moteurs qui incitent les consommateurs à se détourner de l’offre légale. 

 

 

 

De même, une diapositive indique que, malgré tout, les grands pirates sont aussi des gens qui achètent des DVD, ou vont au cinéma. Autrement dit, il est reconnu que la consommation se ramifie par tous les moyens possibles.

 

Mais attention : les sites pirates sont dangereux, au plus haut point. Et surtout, ils participent d’une économie souterraine, par laquelle l’argent disparaît des caisses de l’État, et des producteurs. 

 

Ce qui reste notable, en regard des précédentes campagnes menées, c’est que le bâton de la punition n’est plus aussi largement brandi. En effet, on suggère aux enseignants de véhiculer la notion de plaisir et d’expérience auprès des élèves. Ainsi, pirater devant son écran est moins agréable que de se rendre dans une salle de cinéma, on l’on jouit de conditions optimales. 

 

Aucune référence aux sanctions légales n’est mise en avant : ici, on découvre plutôt que tout est fait pour réorienter les contrevenants vers des contenus légaux. On trouvera quelques éléments à cette adresse.

 

Resources from Into Film from Into Film on Vimeo.