La Pennsylvanie rendra deux manuscrits volés du IXe siècle à l'Italie

Antoine Oury - 11.12.2018

Patrimoine et éducation - A l'international - Pennsylvanie manuscrits - manuscrits vols - italie patrimoine Pennsylvanie


L'université de Pennsylvanie annonce le retour de deux documents à la valeur difficilement estimable, mais qui ont néanmoins fait l'objet d'un recel dans les années 1990 : deux manuscrits, datés respectivement de 821 et 823, seront prochainement rendus à l'Italie. Ils ont été dérobés au sein des archives de l'abbaye territoriale de la Très-Sainte-Trinité de Cava (Sud de Naples).

L'abbaye territoriale de la Très-Sainte-Trinité de Cava (Derbrauni, CC BY SA 4.0)


Une demande très officielle a été déposée le mois dernier auprès d'une cour fédérale de Philadelphie : l'université de Pennsylvanie remettra à l'Italie deux documents qu'elle conservait dans ses archives, vraisemblablement volés dans les années 1990 au sein des collections de l'abbaye territoriale de la Très-Sainte-Trinité de Cava, aussi connue sous le nom de Badia di Cava, située dans la province de Salerne, en Italie.
 

Mais comment diable arrivèrent-ils ici ?


L'identité du voleur de ces deux manuscrits du IXe siècle, rédigés en latin et évoquant la propriété de terrains, n'est toujours pas connue. Ils furent achetés en 1998 par Lawrence J. Schoenberg, collectionneur et donateur de l'intégralité de ses acquisitions à l'université en 2011. Schoenberg, décédé en 2014, avait acquis les manuscrits auprès de la vénérable librairie londonienne Maggs Bros. Ltd.

Entendu, le libraire, spécialisé dans les livres rares et anciens depuis 1853, a assuré qu'il ignorait tout de la provenance des manuscrits volés. À l'époque, il faut bien admettre que les possibilités pour retracer la provenance d'un document et vérifier la légalité de la vente étaient bien plus limitées qu'aujourd'hui.

L'ironie du sort, c'est que le réseau des bibliothèques de Pennsylvanie, qui ont bien sûr accepté de rendre les documents, sont à l'origine de la Schoenberg Database of Manuscripts, une gigantesque base de données qui permet de vérifier l'origine des manuscrits médiévaux. « Le plus important reste que la bibliothèque de l'université ait accepté de rendre les documents », remarque un observateur auprès de The Inquirer.
 

C'est un chercheur français, fin 2017, qui a signalé que les documents conservés par la bibliothèque de l'université provenaient vraisemblablement de l'abbaye. Après une enquête italo-américaine, sa découverte s'est révélée exacte...


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.