La plus ancienne partition de musique du monde en cunéiforme

Louis Mallié - 09.07.2014

Patrimoine et éducation - A l'international - Musique Ancienne - Assyrie - Ougarite


Quelle musique jouaient les hommes il y a 3000 ans ? La pléthore de films historiques et de péplums contemporains n'a pu qu'exciter notre curiosité.... et celle de bon nombre d'archéologues. Dans un post, le blog wfmu rappelait que la plus vieille « partition » qui nous soit parvenue venait d'Assyrie, datant de pas moins de 3500 ans… Quelques exemples de ce sur quoi dansaient nos ancêtres ! 

 

 

 

Reproduction de la tablette et de sa transcription

 

 

C'est dans la ville d'Ougarit (Syrie actuelle) que les archéologues avaient découvert dans les années 1950 plusieurs tablettes d'argile. Or, l'une d'elles s'avérait proposer une notation musicale vieille d'il y a 3400 ans en écriture cunéiforme. Déchiffrée par Anne Draffkorn Kilmer, professeure d'Assyriologie à l'University of California, et conservatrice du Lowie Museum of Anthropology de Berkele, la tablette proposait donc la partition complète d'un hymne religieux, aujourd'hui considéré comme le plus ancien vestige d'écriture musicale qui nous soit parvenue.

 

En 1972, Anne Draffkorn Kilmer proposait une transcription de la chanson tirée de ses études sur la notation, et d'un large travail sur les musiques anciennes. Celui-ci était relaté dans un livre écrit avec Richard Crocker intitulé Sounds From SilenceAccompagné de nombreuses photos, reproductions, traductions, et autres transcriptions, l'ouvrage était accompagné d'un CD où les scientifiques interprétaient les airs.

 

Malheureusement, celui-ci n'est pas disponible gratuitement, mais Michel Levy en a également fait un enregistrement disponible sur Youtube - qui donnera donc une idée de ce à quoi pouvait ressemblait l'hymne en son temps... 

 

 

La chanson est dans la game diatonique majeure - la plus classique en Occident.  Ainsi que le remarque Richard Fink dans un article publié en 1988, l'hymne constituerait la preuve que « la gamme diatonique de 7 notes et l'harmonie existaient déjà il y a 3.400 ans. (…)  Ce qui remet à leur place bon nombre des musicologues qui considèrent que l'harmonie étaient autrefois inexistante, voire impossible, et la gamme uniquement telle que la jouait les Grecs. »

 

Richard Crocker, collègue de Anne Draffkorn Kilmer, va dans ce sens : pour lui, la découverte « révolutionnait toute la conception des origines de la musique occidentale. »

 

Moins ancienne - mais tout de même vieille d'au moins 2000 ans -  la musique de la Rome Antique a suscité une myriade d'études. Parmi les travaux les plus aboutis on retrouve ceux de Synaulia, « une équipe de musiciens, archéologiques, paléontologistes, et chorégraphes qui se vouent à la pratique de leurs recherches en musique et danses anciennes. » 

 

Ainsi, c'est à partir de recherches iconographiques, archéologiques, ethnomusicologiques et paléontologiques, que les scientifiques et artistes ont pu reproduire les airs, recueillis dans les deux volumes de CD  Synaulia, Music of Ancient Rome. Et pour ceux qui souhaiteraient savoir sur quels airs festoyaient les Romains, ci-dessous, le travail des archéologues :