La plus grande collection dédiée à Shakespeare en Suisse numérisée

Nicolas Gary - 01.05.2018

Patrimoine et éducation - Patrimoine - shakespeare numérisation collection - collection Martin Bodmer - Shakespeare Suisse manuscrits


Depuis le début d’année, la plus grande collection des premières éditions de Shakespeare, hors monde anglophone, est en cours de numérisation. 36 ouvrages détenus par la Fondation Martin Bodmer (Cologny, Suisse), passent sous les scanners du Bodmer Lab de l’Université de Genève.



William Shakespeare, The Tragedy of Hamlet, Prince of Denmarke, Londres, pour John Smethwick, 1611, troisième édition, Cologny, Fondation Martin Bodmer

 


Ce sont quelque 50.000 images et documents que les étudiants et chercheurs pourront découvrir au cours des prochains mois — et jusqu’à lors, difficilement accessibles. Entamée en 2015, l’aventure de la numérisation fait écho à la passion que Martin Bodmer, le collectionneur, a pu toute sa vie consacrer à l’œuvre du « plus grand des magiciens », William Shakespeare.

 

Toute sa vie, cet homme s’est consacré à acquérir les pièces les plus rares et les plus emblématiques de l’œuvre du poète et dramaturge britannique. 
 

Shakespeare confondu par un logiciel de plagiat
être ou ne pas être inspiré


L’université de Genève relève : « L’achat de la collection Rosenbach à Philadelphie, pendant la Seconde Guerre mondiale, a représenté une étape importante dans la constitution de la collection de Martin Bodmer. Il a dû faire preuve de talents de négociateur pour acquérir ces volumes d’une valeur inestimable. Cette acquisition a engendré beaucoup d’émotion aux USA. Lorsque les livres furent prêts à être expédiés à Genève après la fin de la guerre, un cocktail de départ fut organisé en leur honneur.

De nombreuses personnalités, y compris la fille du président Truman, se déplacèrent pour rendre hommage à cette collection. Cet événement fut salué comme un fait sans précédent “C’est la première fois dans l’histoire des États-Unis qu’une collection d’envergure mondiale quitte notre continent pour l’Europe” écrivit par exemple un commentateur alors que la couverture de Time Magazine titrait “Goodbye, Shakespeare”.
 »

 

Une première vague de quatre ouvrages est d’ores et déjà disponible et d’autres devraient arriver dans le cours du printemps. Il s’agit des 174 ouvrages imprimés au Royaume-Uni entre la fin du XVe et la fin du XVIIe de la collection que Martin Bodmer a mis sur pied. Elle est désignée comme fonds Early Modern English Books.
 

Dans le détail, ce dernier est constitué de 36 titres de Shakespeare et de 138 titres d’autres auteurs, représentant plus de 50 000 images. La constellation contient :
 

• Un exemplaire original, avec sa reliure d’origine en veau, de l’édition du First Folio (1623) des œuvres dramatiques de Shakespeare. Version numérisée disponible. 

• Un exemplaire de la première édition de Troilus et Cressida (1609), avec les bords non découpés. C’est le seul exemplaire au monde d’un Quarto de Shakespeare publié de son vivant avec cette caractéristique. Version numérisée disponible. 

• Un exemplaire de chaque pièce de Shakespeare publiée avant le First Folio, avec une seule exception. Version numérisée disponible au printemps 2018. 

• Un exemplaire du Quarto des Peines d’amour perdues de 1598, la plus ancienne édition existante de toutes pièces, poème ou œuvre avec le nom de Shakespeare sur la page de garde. Version numérisée disponible. 

• Le plus grand nombre de Quartos de Shakespeare hors du monde anglophone (26 volumes). Version numérisée disponible au printemps 2018. 

• La première édition illustrée des Contes de Canterbury, par Geoffrey Chaucer, imprimée vers 1484. Ses 26 illustrations de gravure sur bois des pèlerins sont un des plus célèbres incunables imprimés en Angleterre. Version numérisée disponible. 

• Un exemplaire unique du Nouveau Testament de Tyndale imprimé à Zürich. Version numérisée disponible au printemps 2018. 

• Un exemplaire unique d’un folio non daté d’Arthur de Bretagne. Version numérisée disponible au printemps 2018. 


« Grâce aux outils et technologies numériques actuels, cette numérisation transforme la manière dont les recherches littéraires sont effectuées et ouvre des possibilités beaucoup plus larges encore pour les recherches futures », indique l'université.
 

<

>




Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.