La polémique enfle pour la chaire de poésie d'Oxford

Clément Solym - 15.05.2009

Patrimoine et éducation - A l'international - polémique - enfler - chaire


Voilà trois jours, Derek Walcott était pris pour cible d'une campagne visant à décrédibiliser sa candidature au poste de professeur de poésie pour l'université d'Oxford.

En ressortant de vieux dossiers concernant des plaintes pour harcèlement sexuel, dont aucune charge n'avait finalement été retenue, Derek a préféré retirer sa candidature, pour ne pas jouer le jeu de personnes souhaitant le décrédibiliser.

Heureux de s'est présenté pour le poste, il préférait ne pas prendre part à cette « tentative d'assassinat ». Et quid des concurrents alors ? Ruth Padel, la favorite, se montre écoeurée, et affirme « ne pas supporter ce qui se passe autour de Walcott ». Et ce qui choque actuellement autour de ces accusations anciennes, c'est que Walcott, durant son passage à l'université d'Harvard était un professeur choyé des élèves en ce qu'ils les poussait justement à aller rechercher intensément en eux pour écrire.

Le seul outsider, réellement, qui pourrait empêcher l'élection de Padel est le poète indien Arvind Krishna Mehrotra...

Saut qu'à Oxford, on réfléchit : Peter McDonald, l'un des membres décideurs estime que la course devrait être suspendue. Car plusieurs autres poètes freinés par l'envergure de Walcott auraient pu postuler et que certains ont encore leurs chances face aux deux restant.

Mais voilà : le résultat sera connu demain soir et on ignore encore ce qui est décidé...