La semaine de la francophonie, un succès pour Mme Albanel

Clément Solym - 26.03.2008

Patrimoine et éducation - Scolarité France - Albanel - francophonie - semaine


Heureuse. Christine est heureuse. D'abord parce que l'édition 2008 de la semaine de la francophonie s'est déroulée fort bien et surtout parce qu'elle a vu un nombre considérable de personnes, de manifestations et de solidarité graviter autour de l'événement.

Alors, voilà. Christine est heureuse.

Mais dans sa modeste participation, elle n'oublie pas de mentionner qu'elle se réjouit aussi du lancement du site www.franceterme.culture.fr, que « plus de 30.000 internautes » ont déjà visité. Rien en disant qu'ils y soient restés... Mais cela montre « l’attachement de nos concitoyens à leur langue », estime Christine.

Si l'on n'aura les retours sur cette folle semaine de bon français que dans les mois qui viennent, les 70 villes ayant participé à cette célébration n'ont pas connu d'incident désagréable au cours des manifestations et interventions.

Donc Christine est heureuse.

Et d'autant plus que Xavier, le ministère de l'Éducation nationale, et tous les établissements scolaires qu'il dirige « ont été fortement associés à l’opération avec un concours pour les collégiens et les lycéens qui avait pour objectif de mettre en valeur leur connaissance du vocabulaire ». Pensez si c'est bien !

Et puis, Bernard a apporté sa touche, lui qui pilote les affaires étrangères. Car « plus de cent pays, sur les cinq continents, se sont emparés des « mots de la rencontre » pour célébrer la langue française ».

Donc Christine est heureuse.

Enfin, il faut aussi remercier « les partenaires et mécènes de l’édition 2008 » (notamment les Éditions Le Robert, La Poste, le Groupe Lagardère, TF1, Screenvision et Australie), qui se sont montrés fort aimables et « ont contribué au retentissement national et international de la Semaine de la langue française avec des campagnes de promotion sur tous les médias ». Marrant, ActuaLitté.com n'est pas cité...

Bref. On prendra rendez-vous pour l'an prochain, d'autant que le thème est d'ores et déjà donné. « Afin d’évoquer la capacité du français à exprimer les enjeux et les préoccupations d’avenir de nos contemporains, l’Organisation internationale de la Francophonie, le Québec, la Suisse et la Belgique ont choisi avec la France de mettre à l’honneur "les mots de demain". »

C'est ça.

Les maux de deux mains, si vous le voulez bien.