La succession de Richard Descoings à Sciences Po s'achève

Clément Solym - 29.10.2012

Patrimoine et éducation - Scolarité France - Sciences Po - Richard Descoings - Succession


C'est aujourd'hui que la Fondation nationale des sciences politiques (FNSP) réunit son conseil d'administration, au travers de deux comités de sélection, pour choisir le successeur de Richard Descoings à la tête de Sciences Po. Le conseil de direction doit, lui, se réunir demain, mardi 30 novembre, pour entériner la décision.

 

 

La procédure ne sera pas pour autant achevée, avant que l'Etat donne à son tour son aval à la nomination. Ce qu'il ne fera pas avant que la Cour des comptes ait publié son rapport sur la gestion de l'institut parisien, selon EducPros

 

Geneviève Fioraso, ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, a bien précisé ne pas en faire « une affaire personnelle », mais simplement vouloir que la procédure se déroule dans un « climat pacifié et dans l'intérêt général », en assurant la « transparence et la traçabilité des 62 millions d'euros de fonds publics alloués à Sciences Po ».

 

Sur les 24 candidats initialement en lice pour prendre la tête du prestigieux institut, 4 ont été retenus par les comités de sélection, avant d'être auditionnés par le comité du conseil de direction. Ces quatre postulants sont : Jean-Michel Blanquer, directeur général de l'enseignement scolaire, Dominique Reynié, professeur à Sciences Po et politologue, Gilles Andréani, magistrat à la Cour des comptes, et Hervé Crès, administrateur provisoire de l'IEP et directeur adjoint depuis 2008, donné comme favori.