Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

La voix de la mère, outil d'apprentissage du langage pour nourrisson

Clément Solym - 20.12.2010

Patrimoine et éducation - Scolarité France - voix - mere - nourrisson


En juin dernier, une étude portant sur la présence réconfortante de la mère, autant que sa voix, avait démontré tous les bienfaits de cette relation pour calmer une progéniture affolée, et plus particulièrement les fillettes. L'étude avait en effet porté sur de jeunes filles de 7 à 12 ans.

Hormonalement, avaient en effet démontré les chercheurs de l'université de Wisconsin-Madison, les fillettes sécrétaient de l'ocyotine, dès lors qu'elles avaient pu être en relation, physiquement ou même oralement, avec leur mère. Pour le foetus, à la fin de la grossesse, il en va de même, mais avec des nuances plus complexes. Les scientifiques sont donc pour le moment incapables de savoir s'il s'agit plus de l'intonation ou du langage à proprement parler, qui apaise ces fillettes.

L'importance de la parole de la mère

Mais une autre étude publiée ce 13 décembre par l'université d'Oxford et portant sur l'analyse de la voix et son incidence sur les nouveaux nés montre également que le cerveau des nourrissons est bien plus réactif au son de la voix maternelle qu'à celui d'un étranger.


Les résultats semblent indiquer que, peu après la naissance, ils reconnaissent la voix de leur mère, et vraisemblablement à un niveau cognitif, et non instinctif. Le test a montré tout simplement que les réactions se faisaient, dans le cas de la mère, par une interprétation du langage, alors que dans le cas d'une voix étrangère, simplement en réaction à l'intonation.

Selon l'étude, des électrodes ont été appliquées sur le crâne des bébés, alors qu'ils dormaient (dur de les trouver en train de faire autre chose à cet âge-là), alors que leur mère répétait la voyelle A. Le même exercice a été fait avec une infirmière du service.

Ainsi, les scientifiques ont repéré que le lobe gauche du cerveau était plus particulièrement réactif, ce qui pourrait attribuer à la voix maternelle un rôle prépondérant dans l'apprentissage du langage. Les nourrissons auraient donc un besoin instinctif d'entendre la voix de leur mère pour développer leur apprentissage de la langue.

« Lorsque la mère avait parlé, les scanners montraient très clairement des réactions dans l'hémisphère gauche du cerveau, et plus précisément les éléments de traitement du langage. » C'était tout le contraire lorsque l'infirmière parlait.... Seul l'hémisphère droit réagissait, celui qui est associé à la reconnaissance vocale...

(voir Cerebral Cortex)